vendredi 6 décembre 2019

Le Sang du bourreau de Danielle THIÉRY


Présentation de l'éditeur :

Entièrement dévêtue, une femme est allongée sur un lit. Elle a accepté pour un jeu érotique que le bel homme qui vient de la séduire lui attache les poignets au cadre du lit. Alors qu’il s’attarde dans la salle de bains avant de la rejoindre, elle s’impatiente. Quand la porte s’ouvre, surgit une femme, outrageusement maquillée, à la longue perruque blonde, en porte-jarretelles et mini-jupe de cuir, juchée sur de hauts talons. Croyant à une farce, la jeune femme éclate de rire avant de remarquer son regard fou, et surtout le cutter dans sa main.

Mon avis:

C'est ma cinquième lecture de Danielle Thierry.
Ce roman est le premier où Edwige Marion apparait avec son équipe pour le moins atypique.
Des femmes mutilées puis assassinées. Des tortures et scarifications, mais pas de viol.
Entre vie privée et professionnelle, il faudra que notre commissaire fasse la part des choses.
Une lecture facile.

Mon petit plus sur l'héroïne :

Edwige Marion est commissaire de police judiciaire.
Blonde aux yeux noirs, plutôt jolie.
Divorcée sans enfant, fille d'un policier, Félix, tué en service alors qu'elle n'avait que cinq ans, le commissaire Marion est une femme indépendante qui donne beaucoup à son métier et peu à sa vie sentimentale.
Jean noir, perfecto et paraboots de cuir, sans sac, mains dans les poches, Marion est attentive aux autres.
Sa fidèle équipe:
Talon "l'intello", Lavot "le play-boy" et Cabut, "le bedonnant"
Le médecin légiste Marsal.
Marion adopte une petite orpheline, Nina.
Promue commissaire principal, chef d’un nouveau service à Paris, la police des Chemins de fer, où, dirigeant une brigade de 500 hommes, elle aura pour principaux collaborateurs le capitaine Luc Abadie et le lieutenant Valentine Cara.

Les romans de Danielle Thiéry où apparait Edwige Marion sont les suivants :

Le Sang du bourreau (1996) lu en décembre 2019
Mises à Mort (1998)  lu en juin 2014
Et pire si affinité (1999) lu en avril 2018
Affaire classée (2001) lu en septembre 2013
Origine inconnue (2001) lu en mai 2014
Le Festin des anges (2005)
L'Ombre des morts (2008)
Crimes de Seine (2011)
Le jour de gloire (2013)
Echanges (2014)
Dérapages (2015)
Tabous (2016)
Féroce (2018)
Sex Doll (2019)

J'ai aussi lu en septembre 2013  Des clous dans le coeur (2012) Prix du Quai des orfèvres 2013 (sans Edwige Marion).

lundi 25 novembre 2019

Poésie de la rue de Brigitte JANSSEN


Quatrième de couverture : 

"On peut tout perdre du  jour au lendemain comme moi, par mes textes j'aimerai partager des valeurs comme l'humanité et le respect." (Brigitte Janssen.)

      Brigitte est une femme qui s'est un jour retrouvée par les coups du sort à la rue avec pour abri le toit d'une gare. C'est aux yeux des gens une SDF mais c'est avant tout une écrivaine, une artiste dans l'âme. 
      Elle n'a pas eu la vie facile et ne l'a toujours pas actuellement, mais elle fait de son vécu une force et ne s'en plaint pas. Pour survivre à la rue et ses méfaits elle écrit assise sur le sol froid de cette gare, elle se livre dans ses carnets. 

      Un jour elle rencontre Zakaria, un jeune homme passionné de littérature. Celui-ci s'intéresse aux écrits et à la situation de Brigitte. Il découvre alors la plume de Brigitte et c'est ainsi que commence une incroyable histoire. 

      Zakaria se démène pour trouver un éditeur qui voudrait publier les magnifiques textes de Brigitte. Après avoir contacté pléthore de maisons d'éditions, l'une d'entre elles va enfin accepter. 

      L'histoire de cette artiste dont le tracé de vie a été bouleversé par cet étudiant ambitieux est en train de s'écrire, ne la manquez pas.

Mon avis :

Brigitte Janssen est SDF depuis le mois d’octobre 2018. 
Zakaria Bouzendaga, il est étudiant en mathématiques à la Haute Ecole de la Ville de Liège. 

Ce sont des poèmes acrostiches que nous offre Brigitte Janssen.
Elle raconte dans des poèmes courts sa vie d' aujourd'hui, sa vie d'hier.
On sent la détresse, la violence subie parfois, mais l'amour aussi.

Mon petit plus :

C'est grâce à un partage "Facebook" que j'ai découvert Brigitte Janssen.
Pour l'aider, mais sans vraiment y croire j'ai acheté son recueil. 
J'ai passé un agréable moment, j'ai lu certains poèmes à mon mari.

J'ai glané quelques infos ici ou là ;
il semble que Brigitte soit à l'abri, des demandes d'aide sociales ont été faites. 
Elle continue de vendre son livre à la gare, au pied de "son Escalator".

dimanche 17 novembre 2019

13 à table ! 2020


Illustration de la couverture de Riad Sattouf

Vous emmène en voyage . . .

Philippe BESSON - 
Françoise BOURDIN - Michel BUSSI - 
Adeline DIEUDONNE - 
François d'EPENOUX - Eric GIACOMETTI - 
Karine GIEBEL - 
Philippe JAENADA - Yasmina KHADRA - 
Alexandra LAPIERRE - 
Agnès MARTIN-LUGAND - Nicolas MATHIEU - 
Véronique OVALDE - 
Camille PASCAL - Romain PUERTOLAS - 
Jacques RAVENNE - Leïla SLIMANI.

Mon avis qui n'en est pas un!

Cette année encore, quel plaisir que de retrouver de grands auteurs de la littérature contemporaine.
Ils ont mis leur talent au service des restaurants du coeur.

J'ai de pris un réel plaisir en lisant ces nouvelles.
Je les ai lues dans l'ordre alphabétique des auteurs, parce que c'est ainsi qu'elles sont présentées.

Ne mettez pas ce petit livre de côté, n'hésitez pas à le lire, comme moi peut-être découvrirez-vous certains auteurs, peut-être serez-vous heureux de retrouver vos favoris, et ne serez-vous pas mécontent de relire certains "boudés".

Mon petit plus:

Merci à ces auteurs d'avoir mis leur plume et leur talent au profit des " Restaurants du coeur".

samedi 16 novembre 2019

Le loup des Cordeliers d' Henri LOEVENBRUCK


Quatrième de couverture : 

    Mai 1789, un vent de révolte souffle sur Paris.

      Gabriel Joly, jeune provincial ambitieux, monte à la capitale où il rêve de devenir le plus grand journaliste de son temps. un enquêteur déterminé à faire la lumière sur les mystères de cette période tourmentée.

       Son premier défi : démasquer le Loup des Cordeliers, cet étrange justicier qui tient un loup en laisse et, la nuit, commet de sanglants assassinats pour protéger des femmes dans les rues de Paris…
 
       Les investigations de Gabriel Joly le conduisent alors sur la route des grands acteurs de la Révolution qui commence : Danton, Desmoulins, Mirabeau, Robespierre, personnages dont on découvre l'ambition, le caractère, les plans secrets.

       Alors que, le 14 juillet, un homme s'échappe discrètement de la Bastille, Gabriel Joly va-t-il découvrir l'identité véritable du Loup des Cordeliers, et mettre au jour l'un des plus grands complots de la Révolution française ?

UN ENQUÊTEUR REDOUTABLE

UNE FRESQUE MAGISTRALE 
DES PREMIERS JOURS DE LA RÉVOLUTION.

Mon avis :

Des hommes haut en couleur, des grands noms de la révolution, des lieux chargés d'histoire!
Période historique passionnante, que ces quelques mois qui précèdent la prise de la Bastille.
Gabriel Joly, jeune journaliste provincial épris de vérité va entrer en relation avec les grands acteurs de l'époque. Dans cette période effervescente nous allons suivre notre sympathique "reporter" pour découvrir qui est le Loup de Cordeliers.
C'est une agréable lecture qui nous plonge dans le temps. C'est tout le talent de Loevenbruck. C'est précis, bien documenté avec cette part d'imagination qui parfois me laisse perplexe.
Impossible d'arrêter la lecture pour vérifier si certains personnages avaient réellement vécu.
Qu'importe j'ai continué ma lecture!
Pour la poésie du texte!
Pour la saveur des récits historiques!

Mon petit plus.

Le roman se termine par ces deux mots que je n'aime pas, qui m'agacent…
 "À suivre"
J'aime les romans uniques!
J'aime qu'une histoire se termine…
Je lirai la suite bien sur. 

Mes lectures de Loevenbruck

mardi 12 novembre 2019

Mon désir le plus ardent de Pete FROMM


Quatrième de couverture:

Maddy s’était juré de ne jamais sortir avec un garçon du même âge qu’elle, encore moins avec un guide de rivière. Et puis elle rencontre Dalt, et plus rien ne compte. À vingt ans, Maddy et Dalt s’embarquent dans une histoire d’amour absolue et explosive. Mariés sur les berges de la Buffalo Fork, dans le Wyoming, ils vivent leur passion à cent à l’heure et partent créer leur entreprise de rafting dans l’Oregon. Très vite, ils décident de fonder une famille. Mais l’enfant qu’ils désirent de tout leur cœur tarde à venir. Un jour, alors que Dalt est en expédition en Mongolie, Maddy apprend une nouvelle qui bouleverse son existence.
Traduit de l'américain par Juliane Nivelt.

Mon avis : 

Une histoire d'amour véritable, sans fard, sans coquetterie. Une entente physique, une entente intellectuelle, une même passion, un métier qu'on partage, des projets d'enfants et une chance insolente.
L'enfant s'annonce, la maladie s'installe.
Ce roman prend aux tripes, au coeur, on suit le long calvaire de Maddy.
Elle est bouleversante de vérité Maddy, luttant de toutes ses forces, de tout son courage contre cette odieuse SEP (Sclérose en plaques).
La maladie n'aura pas raison de l'amour de Dalton. Il anticipe, il protège et surtout il « encaisse ! » Jamais il ne faiblit ni ne se laisse aller ! Il sait que les réactions parfois agressives de son épouse ne sont dues qu’à la maladie.
Garder espoir dans la vie, la donner à nouveau et faire un joli pied de nez à la maladie.

C'est la force de l'auteur, sublimer ses personnages, les hisser vers le haut. Si le pire n'est jamais loin, l'espoir demeure, non pas pour une guérison, elle n'existe pas pour cette maladie. (La sclérose en plaques s'aggrave, la perte d'autonomie s'accentue). L'espoir c'est vivre le plus longtemps possible, en gardant le plus d'autonomie possible. Il faut une très forte personnalité et beaucoup d'amour pour ne pas désespérer. Cette personnalité, il l'offre à ses deux personnages!

Mon petit plus :

J'ai beaucoup aimé, du même auteur, Lucy in the sky.

Je remercie Partage lecture et les éditions Gallmeister pour ce partenariat.

samedi 9 novembre 2019

La panthère des neiges de Sylvain TESSON


Quatrième de couverture : 

    – Tesson ! Je poursuis une bête depuis six ans, dit Munier. Elle se cache sur les plateaux du Tibet. J'y retourne cet hiver, je t'emmène.
    – Qui est-ce ?
    – La panthère des neiges. Une ombre magique!
    – Je pensais qu'elle avait disparu, dis-je.
    – C'est ce qu'elle fait croire.

Mon avis: 

Séduite par la promo de l'auteur, je n'ai pas résisté à lire ce récit d'aventure. 
C'est très bien écrit. 
On attend, on espère nous aussi voir apparaître ce félin.
Je l'imagine blanche, se confondant dans la neige.
Il fait si froid que l'encre des stylos gèle.
C'est magique, c'est beau!

Mon petit en plus:


J'ai pris une photo de la photo de Vincent Munier
Vous voyez la panthère?

L'avis de mon mari:               
              ICI

jeudi 7 novembre 2019

Les Pyrénées françaises de Paul PERRET


Les Pyrénées françaises. 
Lourdes. Argelès. Cauterets. Luz. Saint-Sauveur. Barèges
Descriptions et voyages

Paul Perret (1830- 1904)
Journaliste, romancier, feuilletoniste et critique dramatique français.

Jean-Eugène Sadoux (1840-1906)
Peintre, lithographe et graveur à l'eau-forte. 



L'église de Saint-Savin.

Date de l'édition originale : 1881-1884

L'ouvrage est réédité en 1996.

Tirage numéroté 
Exemplaire N° 256

Mon avis:

On se promène avec l'auteur. C'est très bien décrit.
Mais la promenade date de 1881…1884.

Mon petit … regret :

Une découverte en vidant une vieille maison. 
Un ouvrage désuet.
C'est parce que je connais bien certains des lieux décrits que j'ai (un peu) apprécié.

samedi 2 novembre 2019

Après le progrès de Beata UMUBYEYI MAIRESSE


Quatrième de couverture :

Faire mémoire avec la poésie est la façon la plus profonde de toucher l'altérité et aussi la vérité. Beata Umubyeyi Mairesse s'y efforce dans une langue savoureuse, avec la justesse des mots pesés, choyés.

Rires ébréchés et souvenirs parfumés 
portent la voix d'une femme, 
survivante, militante, mère, amoureuse. 
Autant de paroles semées, germées, cueillies, qu'elle nous offre, 
faisant un pied de nez au malheur.

Un recueil pour être entendue, dans lequel chaque pas et prise de conscience sont champs d'espoir à cultiver. 
Des bouquets de mots aux senteurs d'adolescence, de blessure et d'espoir.

Épines et merveilles mêlées.

Mon avis :

Seize poèmes, 83 pages de poésie.
Passé, présent, avenir, la poésie est intemporelle et Beata  Umubyeyi Mairesse s'en sert à merveille.
Ce n'est pas un recueil facile à lire, facile à comprendre… 
Lire ne suffit pas, relire est essentiel.
J'ai aimé lire ces poèmes, en sauter un, puis revenir…
Aller plus loin et reprendre le fil.
Lectrice capricieuse! Mais lectrice assidue et séduite. 
Une marche à ne pas forcément suivre!
Poste restante
Perdu
Volé
Racheté
Vivre OH  présent
Moments abîmés 
Clandestinement

Mon petit plus:

J'ai choisi de vous offrir ce poème : "Volé page 50 n° 10"

Que reste-t-il des sauvageries divertissantes
Les mystères se sont étiolés,
l’oublioir est passé
Les singes du zoo suivent en épisodes
les joies les peines de leurs gardiens
Le dimanche après la messe à la télé
une armée de paresseux en légers canoës
affronte l’inconnu et ses dangers
Dans leur dos ça supplie « partez »,
à l’arrivée ça aboie « partez »
Le nouvel ordre mondial

Tout au bout de l’allée des jouets
les costumes d’explorateurs
sont en solde depuis une paire d’années

Gardien, voilà un métier qui fait rêver
de zoo, de but ou de barbelés
Qu’importe pourvu que le poste soit assuré

lundi 28 octobre 2019

Chimère d' Emmanuelle PIREYRE


Quatrième de couverture : 

Emmanuelle, qui vient d'accepter d'écrire une tribune sur les OGM pour un quotidien national, mène l'enquête. 
À Newcastle, elle rencontre une biologiste obsédée par les manipulations génétiques et leurs monstrueuses chimères. 
Puis, aiguillée sur autre piste, elle suit au fin fond du Morvan un panel de citoyens tirés au sort pour réfléchir au futur. 
Dans le cadre d'un programme européen, chaque pays est en effet chargé d'un thème : Intelligence artificielle, Nanotechnologies ou Transgenre...
Au fil des découvertes, il lui faut une bonne dose de rationalité pour ne pas se perdre en conjectures, se décourager et s'effondrer dans une chaise longue. 
D'autant que le sujet attribué à la France, et sur lequel se penchent Wendy (Manouche idéaliste), Ingrid (candidate à Koh-Lanta), Antoine (entrepreneur trop sérieux), Batoule (psychanalyste voilée), Zacharie (employé d'Amazon amateur de drogues) et les autres panélistes est le Temps libre. 

Mon avis:

Humour, jeux de mots, situations improbables, je me suis régalée en lisant cette satire. 
Avec un ton léger, l'auteur aborde des sujets actuels très divers.
Afin d'approfondir un article sur les OGM, Emmanuelle rencontre Tatiana (apprentie sorcière qui joue avec les ADN et réussit à créer un homme-chien: Alistair! Qu' elle offre à Brigitte!). 
Il y a ce programme européen, que la narratrice doit chapeauter. Chaque pays de l'union va choisir un panel de citoyens. Des sujets sont distribués, la France devra réfléchir sur le "Temps libre".
J'ai plus particulièrement aimé Wendy, cette Manouche qui veut absolument "sauver" les pauvres "gadjé" que nous sommes. 
Un très agréable moment de lecture, entre rêve et manipulation, entre chimère et politique!

Mon petit plus:

J'ai été séduite quand Emmanuelle Pireyre a présenté son roman à "C'est à lire" au Cratère d'Alès.

Chimère: 
Définitions du Larousse
1 - Animal fabuleux ayant la tête et le poitrail d'un lion, le ventre d'une chèvre et la queue d'un serpent.
2 - Être ou objet bizarre composé de parties disparates, formant un ensemble sans unité.
3 - Projet séduisant, mais irréalisable ; idée vaine qui n'est que le produit de l'imagination ; 
4 - illusion : Poursuivre des chimères.
5 - Biologie: Organisme constitué de deux ou, plus rarement, de plusieurs variétés de cellules ayant des origines génétiques différentes.
6 - Poisson cartilagineux  (On pêche la chimère pour son huile de foie).




mercredi 23 octobre 2019

Blanc mortel de Robert GALBRAITH


Quatrième de couverture:

  Le jeune Billy se rend chez Cormoran Strike pour lui parler d'un meurtre dont il aurait été témoin il y a des années : un enfant retrouvé mort près d'un cheval. Mais le jeune homme est de toute évidence instable et se sauve avant que Strike n'ait eu le temps de l'interroger. Le célèbre détective privé et sa partenaire Robin Ellacott commencent néanmoins à enquêter, avec comme seule piste un nom de rue griffonné sur un bout de papier. Leurs investigations vont prendre un chemin sinueux à travers les bas-fonds de Londres, jusqu'aux plus hautes sphères du Parlement britannique. 
Traduit de l'anglais par Florianne Vidal.

Mon avis:

C'est avec plaisir que j'ai retrouvé nos deux sympathiques héros, Cormoran Strike et Robin Ellacott.
J'ai été déçue de voir que Robin avait épousé Matthew, et pas particulièrement ravie des relations entre Cormoran et Lorelei et (ou !?!) Charlotte.
En revanche j'ai plongé avec plaisir dans l'enquète, retrouvé les vieux démons de Strike et les inquiétudes de Robin de ne pas être à la hauteur.
Le jeune Billy est particulièrement touchant dans sa différence. 
Nous suivons l'équipe de Strike, des mouvement populaires aux sommets du gouvernement de sa majesté, des employés de maisons aux riches. 
Une enquête pleine de rebondissement.

Mon petit plus:

C'est la quatrième aventure que je partage avec ce sympathique couple!
Le ver à soie (tome 2)

dimanche 20 octobre 2019

Lézardes de Beata UMUBYEYI MAIRESSE


Quatrième de couverture:

Quinze histoires pour dire la nostalgie d'un continent disparu.
L'innocence, aux frontières de la catastrophe. 

L'enfance que l'on rafistole dans ses souvenirs avec tendresse et lucidité.

Derrière la délicatesse des récits finement ciselés, 
Beata Umubyeyi Mairesse laisse sourdre la violence 
qui a frappé sa génération rwandaise, au printemps 1994.
Celles et ceux qui n'étaient encore que des enfants, 
celles et ceux qui sont devenus parents. 

Un enchevêtrement de vies qui se croisent sur plusieurs décennies.
La brillante nouvelliste dessine ainsi une mosaïque aux couleurs vives 
et offre un portrait de groupe subtil où se mêlent 
désenchantement, magie et espoir.

Mon avis:

Un recueil très poétique. Quinze nouvelles qui traitent d'un sujet difficile.
Des histoires d'avant, d'après et de pendant les cents jours.
Mais surtout des histoires d'enfants, de femmes et d'hommes.
Des histoires tristes, des histoires amusantes.
Je ne suis pas passée du rire aux larmes, mais du sourire à la tristesse.
C'est un joli recueil, c'est une belle écriture!

Mon petit plus:

"Sinjye wahera hachera umugani !"
Que ce ne soit pas ma fin mais celle du conte!

Mes lectures de Beata Umubyeyi Mairesse 
Pour info: 
Les cents jours "7 avril 1994 -17 juillet 1994"

lundi 14 octobre 2019

Seul avec la nuit de Christian BLANCHARD


Quatrième de couverture:

Que sommes-nous réellement prêts à faire pour sauver nos proches ?

Cette question, Éric de la Boissière se la pose tous les jours. Sa fille, Élodie, est atteinte d’une grave maladie rénale. Du fait de son groupe sanguin, ses chances de recevoir une greffe sont quasi nulles. Mais avec beaucoup d’argent… Élodie doit pouvoir être soignée, pense Éric. Dirigeant d’un établissement financier, il a entendu parler de réseaux parallèles permettant d’obtenir un organe sain de donneurs volontaires.

Que sommes-nous prêts à sacrifier pour sauver nos proches ?

Cette question, Gilles Patrick ne se l’était jamais posée. Mais depuis quelques semaines, ce grand chirurgien ne dort plus. Tandis qu’un revolver est braqué sur la tempe de son épouse et de sa fille, un groupe d’hommes le contraint à pratiquer de lourdes opérations sur de jeunes patients pourtant en pleine santé.

Les circonstances ont beau être différentes, la raison qui a fait basculer ces deux hommes dans un autre monde est la même. Et si la volonté de sauver un proche n’était pas une raison suffisante ? D’une noirceur abyssale, le nouveau roman de Christian Blanchard explore les âmes compromises et pousse ses personnages, comme le lecteur, dans leurs pires retranchements.

Mon avis:

C'est un roman "coup de poing" que nous offre Blanchard.
Avec tout son talent il nous montre: 
Aïcha, pleine d’espoir, traverse la mer dans une embarcation de fortune.
Des enfants rendus dépendant aux drogues, mutilés sciemment pour mendier.
Trafics d'organes ou d'êtres humains.

Une cour des miracles d'aujourd'hui, au coeur de nos cités modernes.

Et dans ce monde brutal, Nemo, un vieil homme qui vit dans une voiture SNCF. 
Un havre de paix pour un homme seul et malheureux. 
Le souvenir de sa fille, le malheur arrivé, il y a si longtemps maintenant. 
Ce deuil impossible à faire.
Elle arrive, Muette, avec son silence, son regard perdu, cette enfant qui n'est pas sa fille, mais qu'il veut plus que tout aider.

Mon petit coup de coeur:

C'est décidément un auteur que j'aime lire!
"Iboga", roman de société,  
deux ouvrages très différents et passionnants!

dimanche 13 octobre 2019

Vraie folie de Linwood BARCLAY


Quatrième de couverture:

À priori, c’est un samedi matin comme tous les autres qui commence à Promise Falls en ce 23 mai. Chacun se réveille, prend sa douche, son café, son petit déjeuner. Mais soudain, une sirène d’ambulance, puis deux, puis trois ; des gens inanimés dans leur cuisine, sur le pas de leur porte, dans la rue, les urgences saturées…
Un dénominateur commun à ces victimes : toutes ont bu de l’eau du robinet. Il faut se rendre à l’évidence, le réseau hydraulique de la ville est contaminé. Drame sanitaire ou crime de masse ?
Pour l’inspecteur Barry Duckworth, la réponse ne fait aucun doute. L’insaisissable meurtrier fanatique du nombre 23 a encore frappé. Et il n’a certainement pas l’intention de s’arrêter là.
Comment préparer les habitants aux dangers qui les menacent ? Le policier et le privé Cal Weaver vont devoir unir leurs forces dans une mortelle course contre la montre. Mais qui sait combien de fous furieux se sont donné rendez-vous à Promise Falls ?
Traduit de l'anglais (Canada) par Renaud Morin.

Mon avis:

J'avais hâte de me retrouver à "Promise Falls", de retourner me promener dans les rues de ce petit coin d'Amérique si tranquille! 
Mais voilà,  la ville est en panique, les gens envahissent l' hôpital, tombent comme des mouches… L'eau du robinet semble les empoisonner.
Ambition, haine, amour, vengeance… Tous ces sujets sont traités avec brio. Sans jamais lasser le lecteur, Barclay passe d'un héros à l'autre avec une aisance surprenante.

Mon petit plus:

Ce roman est le troisième d'une trilogie.
 "Fausses promesses" et "Faux amis"

jeudi 10 octobre 2019

Assassins ! de Jean-Paul DELFINO


Quatrième de couverture:

En 1898, la publication de J’accuse… ! plonge la France dans un climat délétère où l’antisémitisme s’affiche fièrement. 
Au cœur de l’affaire, Émile Zola, conspué par les ligues d’extrême droite, est identifié comme l’homme à abattre. Aussi, lorsqu’en 1902 l’auteur des Rougon-Macquart succombe à une intoxication au gaz méphitique, la piste du meurtre ne peut être écartée. Reste à savoir qui, parmi ses proches ou ses détracteurs, avait tout intérêt à le faire taire.

Assassins ! retrace la vie passionnante du gamin d’Aix-en-Provence devenu un mythe littéraire. Car, à l’heure de mourir, que valent les honneurs face au poème dédié à un premier amour ? Que pèse le succès face aux caresses d’une lingère ? 
Au cours de cette nuit à bout de souffle, les souvenirs se bousculent et les suspects s’invitent dans les dernières pensées du condamné.

Mon avis:

Voilà un des plus grands, sinon le plus grand écrivain français, le chef de file de l'école naturaliste, le créateur d'au moins mille deux cents personnages, le père des "Rougon-Maquart" réduit à n'être que l'auteur de "J'accuse".
La France est profondément divisée… Le racisme anti-juif a pignon sur rue… L'antisémitisme est une opinion partagée sans complexe par des notables, des écrivains et éditorialistes. Heureusement on trouve aussi des "Pro dreyfusards" (Clemenceau, Jaurès, Loubet, Waldeck Rousseau) parmi les politiques.
C'est un roman, très bien documenté. 

Mon petit plus 

Il y a trente-six ans, d'avril à juin 1983, je lisais "Bonjour monsieur Zola" d'Armand Lanoux.Une lecture passionnante dont je garde encore aujourd'hui un souvenir très précis. 
Une lecture que je recommande aux amateurs de Zola.


Zola est entré au panthéon le 4 juin 1908. 
Armand Fallières, le Président de la République, Georges Clemenceau, le chef du gouvernement sont présents . Gaston Doumergue ministre de l'instruction publique fera le discours.

mardi 8 octobre 2019

Écouter le noir d'Yvan FAUTH


Quatrième de couverture:

LES GRANDS NOMS DU THRILLER FRANÇAIS METTENT NOS SENS EN ÉVEIL.

Treize auteurs prestigieux de noir sont ici réunis et, si chacun a son mode opératoire, le mot d’ordre est le même pour tous : nous faire tendre l’oreille en nous proposant des récits qui jouent avec les différentes définitions de l’audition.

Dans ces nouvelles, ils ont donné libre cours à leur noire imagination pour créer une atmosphère, des personnages inoubliables et une tension qui vous happeront dès les premiers mots… et jusqu’à la chute.
Éclectique et surprenant, ce recueil renferme onze expériences exceptionnelles de lecture.
Laissez-vous chuchoter à l’oreille, venez Écouter le noir.

Mon avis:

Une lecture agréable.

Deaf ( Sourd) Barbara Abe et Karine Giebel
Une jeune femme otage est enfermée dans un coffre.
Un jeune couple vole la voiture!

Archéomnésis de Jérôme Camut et Nathalie Hug
Je suis complètement passée à coté de cette nouvelle.
Je ne l'ai pas comprise.

Tous les chemins mènent au hum de Sonja Delzongle
Je dois dire qu'avec ce "Hum", Sonja Delzongle m'a époustouflée!

Ils écouteront jusqu'à la fin de François-Xavier Dillard
Une malédiction, une légende plus forte que la musique et comme une envie de "prendre le risque d'écouter" l'ultime oeuvre de Tchaïkovsky.

Bloodline (Lignée) de R.J. Ellory (traduit de l'anglais (Angleterre) par Fabrice Pointeau)
"Nous sommes deux soeurs jumelles" et gare à celui qui nous séparera!

Un sacré chantier de Nicolas Lebel
Une nouvelle stupéfiante…
Indifférence, mensonge, mépris…

Zones de fracture de Sophie Loubière
J'ai été sidérée… Sacrée vengeance!!!

Echos de Maud Mayeras
La mort accidentelle d'un enfant peut mener à bien des drames.

La fête foraine de Romain Puértolas
Un peu de fraîcheur, un peu de douceur dans ce monde noir!

Quand vient le silence de Laurent Scalese
La vengeance est un plat qui se mange froid… très froid!

Le diable m'a dit de Cédric Sire
Jusqu'où un auteur est-il capable d'aller pour écrire un thriller?

Mon petit plus:

La nouvelle est une forme littéraire que j'aime bien.
Elle permet de découvrir des auteurs avec lesquels parfois nous irons plus loin.
Dans ce recueil, j'ai retrouvé Giebel, Delzongle et Scalèse.
Les autres auteurs sont des découvertes!

dimanche 6 octobre 2019

Otage de Aloysius WILDE


Quatrième de couverture: 

Point de départ d’un ébouriffant enchainement de faits : deux malfaiteurs prennent en otage une classe de maternelle. Les médias se déchainent pour couvrir l’évènement. Mystérieusement les truands arrivent à quitter l’école qui est pourtant cadenassée par les forces de police. Le commandant Denis Chaval, surnommé l’ours, se met à leur poursuite. Comment les preneurs d’otages arrivent t’ils à quitter l’école ? Le héros arrivera-t-il à survivre ? Où se trouve l’écolier qui a disparu depuis vingt-quatre heures ? Qui est la taupe qui renseigne la presse ? Pourquoi la journaliste vedette Adielle Acker est-elle si excessive ? Les preneurs d’otage arriveront-ils à quitter la France ? 

Mon avis:

Rien bien sûr n’obligeait Jean à se substituer aux forces de l’ordre. C’est un père attentif et présent. Il travaille en free-lance à son domicile et peut se libérer. Sa femme Camille est pour le moins hystérique. Alors pour protéger son petit Gaspard, il va se dénuder complètement. Étonnant !
C’est une lecture qui vous prend, vous envoute.
On est propulsé dans un univers sordide, pas que celui des gangsters et voyous, mais aussi celui beaucoup plus pervers des journalistes, des chercheurs de scoop… de l’info en continu.
La corruption de fonctionnaire aussi, on ne recule devant rien pour être au cœur de l’actualité, pas d’état d’âme. La publicité par les vedettes de l’info pour des toilettes, chaussures ou bijoux (très actuel… je me demande si je regarde des journalistes ou des mannequins tant nos présentatrices et présentateurs de journaux posent !).
Nous suivons heure après heure l’aventure de Jean Louvier, sa rencontre avec Adielle. Les personnages évoluent.
Tout va très vite. Il n'y a pas de temps mort. Quelques cadavres originaux. Des situations ubuesques.

J’ai pris un réel plaisir à la lecture de ce roman. 
Beaucoup d’humour dans ce qui est censé être un drame, des bandits parfois très (très) méchants, et parfois plutôt sympas.

Mon petit plus: 

Je remercie Aloysius Wilde qui m’a gentiment offert son roman 
et cet agréable moment de lecture ! 

jeudi 3 octobre 2019

L'outsider de Stephen KING


Quatrième de couverture:

PARFOIS, LE MAL PREND LE VISAGE DU BIEN.

    Le corps martyrisé d'un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City. Témoins et empreintes digitales désignent aussitôt le coupable : Terry Maitland, l'un des habitants les plus respectés de la ville, entraîneur de l'équipe locale de baseball, professeur d'anglais, marié et père de deux fillettes. Et les résultats des analyses ADN ne laissent aucune place au doute.
    Pourtant, malgré l'évidence, Terry Maitland affirme qu'il est innocent.
    Et si c'était vrai ?
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean Esch.

Mon avis:

Il me reste une centaine de pages,

je le reprendrais peut-être.

Mon petit plus:

J'ai beaucoup de mal avec les dernières pages.

dimanche 29 septembre 2019

Les oubliés du dimanche de Valérie PERRIN


Quatrième de couverture:

Faute de connaître son histoire, Justine, vingt et un ans, se passionne pour celle d'Hélène, pensionnaire, presque centenaire, de la maison de retraite où la jeune femme est aide-soignante.
Sa vie est un roman : sa rencontre avec Lucien en 1933, leur amour, la guerre, le juif Simon planqué dans la cave, la trahison, la Gestapo, la déportation…
Justine extorque peu à peu à la vieille dame de lourds secrets et finit par affronter ceux de sa propre famille.

Mon avis:

C'est un roman à tiroir, ou au moins trois histoires s'entrelacent.
Celle d'Hélène n'est plus qu'un lointain souvenir, une histoire étrange, irréelle, un conte, comme les souvenirs de la vieille dame, pas toujours très fiables.
Une famille atypique, élevée par des grand-parents,
il ne devrait y avoir qu'amour et tendresse.
Un frère-cousin, et de terribles secrets de famille.
Et son histoire d'amour, où Justine semble confondre le rêve d'Hélène et sa réalité.

La lecture de ce roman se fait tout en douceur, alors que la violence des propos est réelle.
Une jolie lecture.

Mon petit plus:

''La vie est courte, les journées sont longues."
Propos tenus par Justin A. mon Grand-père maternel! 

mardi 24 septembre 2019

Un élément perturbateur d'Olivier CHANTRAINE


Quatrième de couverture:

"Qu'est-ce que vous foutez dans mon bureau, me dit-il d'un ton suspicieux.
C'était ouvert Monsieur Krug, je venais vous voir.
Bon, qu'est-ce que vous voulez, j'ai du travail, notamment à cause de vos chinoiseries.
Le Japon, je dis.
Ça fait une différence ? s'énerve Krug.
Je reste sans voix. J'hésite à lui répondre que le 6 août 1945 à huit heure quinze ça faisait une petite différence d'être à Pékin plutôt qu'à Hiroshima. Mais je ne dis rien."

Envoyé au Japon pour conclure une négociation cruciale, Serge fait capoter l'affaire. Sommé de réparer son erreur, le voici lancé dans l'opération de la dernière chance. Mais les déconvenues s'enchaînent.
Un premier roman à l'humour décapant, qui illustre le rapport ambivalent du héros à la réussite, à la famille, au couple, et à tous types de discours dominants.

Mon avis:

Aphasique à ses heures, Serge est un anti-héros par excellence.
 C'est un roman caustique, qui voit de notre époque les travers qu'elle a effectivement.  
Et si l'analyse est bonne, la solution n'est peut-être pas le silence!
Sa relation avec Laura m'a en revanche un peu agacée. 
(ou alors c'est Laura que je n'ai pas aimé!).
Un peu fastidieux à lire, mais enrichissant.
Le dénouement est surprenant et nous éclaire sur cette fratrie (Anièce, François et Serge Horowitz)  plutôt atypique!

Mon petit plus:

J'ai trouvé super qu'un homme aphasique dise dès qu'il parle uniquement la vérité!

dimanche 22 septembre 2019

Surface d'Olivier NOREK


Quatrième de couverture:

Ici, personne ne veut plus 
de cette capitaine de police. 
Là-bas, personne ne veut 
de son enquête.

Mon avis:

J'ai été envoutée par ce roman. 
J'ai aimé Noémie Chastain, brisée dès le début du roman. 
Elle, le bon flic, rejetée par son amant, par ses supérieurs
parce qu'elle n'a plus la "bonne" tête.
Elle qu'on a voulu mettre au placard, pour ne plus la regarder.
Elle va devoir se reconstruire…
Elle sera aidée par Melchior, un psy très particulier.

Et puis, il y a l'enquète, un "cold case",
ces enfants disparus il y a vingt-cinq ans,
deux garçons, une fille. 
Noémie, No, c'est quand même un bon flic!

Mon petit plus:

Il y a l'Aveyron, et si Avalone n'existe pas, 
il y a des noms qui chantent, 
qui me sont familiers, comme une douce musique,
comme une douce idée du bonheur de vivre.

J'ai beaucoup aimé "Entre deux mondes" du même auteur.

vendredi 20 septembre 2019

Toutes ces choses qu'on n'a jamais faites de Kristan HIGGINS


Quatrième de couverture:

Se faire offrir un verre par un bel inconnu
Rentrer un T-shirt dans un pantalon
Manger un dessert en public…

À dix-huit ans, Emerson, Georgia et Marley ont rédigé une liste des choses à faire quand elles seraient minces, dans l'espoir qu'un jour elles parviendraient à perdre du poids et pourraient enfin commencer à profiter de la vie.
Seize ans plus tard, leurs kilos sont toujours là.
Mais, lorsque Emerson, tombée gravement malade, remet la fameuse liste à ses deux meilleures amies et leur fait promettre de relever tous les défis, les deux jeunes femmes n'ont pas d'autre choix que de surmonter une fois pour toutes leurs peurs et leurs complexes.

Munies de leur "to-do list" elles sont prêtes à tout oser!

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Alexandra Herscovici-Schiller.

Mon avis:

C'est sans doute leur meilleur souvenir, ce camp d'ados où nos trois jeunes filles vont écrire la liste des choses qu'elles feront quand elles seront minces!
La vie est passée, les kilos parfois perdus sont souvent revenus…
Emerson avant de mourir demande à Georgia et Marley de réaliser "la liste", "leur liste".
Beaucoup de thèmes sont abordés. 
Le rejet de Georgia par sa mère est celui qui m'a parue le plus dramatique… 
Heureusement, il y a Mason, cet enfant mal aimé par son père, ce neveu qu'elle va aider, et qui l'aide  en lui offrant tout son amour.
Tout paraîtrait plus simple pour Marley, s'il n'y avait ce deuil impossible… Cette jumelle trop fragile, trop tôt partie.
Le regard des autres ! Mais aussi et surtout son propre regard sur soi !
Alors…et la liste:"Toutes ces choses qu'on va essayer de faire" !!! 
Quel bon moment de lecture !

Mon petit plus:

C'est un roman que j'ai beaucoup aimé. 
On a tous des rêves au fond de nos coeurs, des désirs qu'on n'a pas réalisés. 
Cette vie que nous voulions n'est pas celle que nous vivons.
Ce n'est pas qu'une question de poids !
C'est le regard de notre famille qui très souvent nous empêche d'avancer, rester dans les clous, respecter la norme… 
Ne pas grossir, mais si tu ne grossis pas, alors tu es trop maigre…

mercredi 11 septembre 2019

Naissance d'Isabelle VILLAIN


Présentation de l'éditeur:

1911, Émile Chapuis, un jeune restaurateur, se prend d'affection pour un artiste sans le sou. Il accepte une peinture en échange de quelques repas chauds. Cet artiste s'appelle Marc Chagall.
1950, Émile Chapuis est retrouvé assassiné chez lui. La toile de Chagall a disparu. La police pense immédiatement à un cambriolage qui aurait mal tourné.
Mais la réalité est bien différente. Sordide et cruelle.


Mon avis:

Elle va très vite cette histoire.
Un Chagall inconnu en 1911, un double assassinat en 1950.
Une époque et un milieu parisien agréable.
Une lecture rapide et intéressante.
Aujourd'hui sans doute, les progrès de la science rendrait la chute improbable.

Mon petit plus:
D'Isabelle villain, j'ai beaucoup aimé
"Mauvais genre"

Merci aux éditions Taurnada pour ce cadeau!

mardi 10 septembre 2019

L'Étrange Affaire de pantalon de Dassoukine de Fouad LAROUI


Quatrième de couverture:

Un haut fonctionnaire marocain, envoyé à Bruxelles, se retrouve mortifié quand son unique pantalon lui est dérobé. C'est sanglé dans une défroque digne de celle d'un clown qu'il se présente devant la Commission européenne...
Un jeune homme faisant une demande de passeport s'aperçoit que, pour l'administration, son village natal n'existe pas. Par conséquent, n'étant jamais né, il est inconnu au bataillon...
Avec un humour décapant et un rythme endiablé, Fouad Laroui nous conduit à l'irrépressible éclat de rire devant l'absurdité de la condition humaine.


Mon avis:

Avec ce recueil de nouvelles, j'ai découvert Fouad Laroui.
J'ai aimé cet univers un peu décalé.
Certaines histoires, non toutes, sont déjantées, amusantes.
Ce sont des gens qui se parlent, en ne s'écoutent pas toujours!
"Le pantalon de Dassoukine": un régal sur l'absurdité et l'importance qu'on peut donner aux apparences!
"Dislocation": Superbe chute
"L'invention de la natation sèche" un petit bijou…
Ce sont les trois que j'ai préférées, mais là encore, en y réfléchissant bien…un autre jour, une autre fois, je pourrais penser différemment!

Mon petit plus:

La nouvelle est une forme littéraire que j'aime bien,
un façon agréable de découvrir parfois un auteur,
ou de retrouver ceux qu'on aime! 

dimanche 8 septembre 2019

Tous tes enfants dispersés de Beata UMUBYEYI MAIRESSE


Quatrième de couverture 

Peut-on réparer l'irréparable, rassemble ceux que l'histoire a dispersés ? Blanche, rwandaise, vit à Bordeaux après avoir fui le génocide des Tutsi de 1994. Elle a construit sa vie en France, avec son mari et son enfant métis Stokely. Mais après des années d'exil, quand Blanche rend visite à sa mère Immaculata, la mémoire douloureuse refait surface. Celle qui est restée et celle qui est partie pourront-elles se parler, se pardonner, s'aimer de nouveau ? Stokely, lui, pris entre deux pays, veut comprendre d'où il vient. 
Ode aux mères persévérantes, à la transmission, à la pulsion de vie qui anime chacun d'entre nous, "Tous tes enfants dispersés" porte les voix de trois générations tentant de renouer des liens brisés et de trouver leur place dans le monde d'aujourd'hui. Ce premier roman fait preuve d'une sensibilité impressionnante et signe la naissance d'une voix importante.

Mon avis:

J'ai retrouvé dans ce roman le style, l'écriture que j'avais tant aimé dans "Ejo". Je n'ai pas le réflexe de noter au fur et à mesure les phrases que j'aime quand je lis, mais c'est souvent très poétique.
Pourtant le sujet n'est pas facile…
Fuyant sur les conseils de sa mère, le Rwanda, Blanche, métisse, se retrouve à Bordeaux.
Elle y fera sa vie, mais semble perdre sa mère "Immaculatta", restée au pays et que le génocide a miraculeusement épargnée…ou moins abîmée que d'autres.
Immaculatta semble figée avec ce fils perdu, ce Bosco parti se battre. Quelques soient les guerres, on n'en revient jamais indemne, et Bosco est resté souffrance.
Stokely a un rôle très important. Il est ce lien que Bosco aurait pu briser entre Blanche et Immaculatta. Il est le futur, l'espoir, et le passé aussi dans l'histoire qu'il a reçue et saura transmettre.
C'est une approche très intéressante du génocide, mais aussi de la colonisation, de ses erreurs et du poids qu'elle a (ou avait) sur les peuples.

J'ai reçu ce livre comme un cadeau. 
Il est arrivé sans explication en juillet dans ma boîte aux lettres.
Merci donc aux éditions "Autrement" pour cet envoi.

Mon petit plus:

Il est arrivé que parfois je croise Beata chez ma fille. Je n'ai pas la prétention de dire que je la connais,   mais j'ai eu le plaisir de parler un peu avec elle. 
J'avais eu la chance de lire une épreuve de ce roman en 2018. 
Son titre était alors "Jacaranda".  
 Mon avis sur 
 EJO