vendredi 22 février 2019

La mer qui prend l'homme de Christian BLANCHARD

Quatrième de couverture:

Au large des côtes du Finistère, un chalutier à la dérive estes localisé. Lors de l'opération de sauvetage, une femme est retrouvée dans une remise, prostrée, terrorisée et amnésique. Le reste de l'équipage a disparu.
Parmi eux se trouvaient trois anciens militaires français. Xavier Kerlic, Franck Lecostumer et Paul Brive avaient embarqué sur le "Doux Frimaire" à Concarneau, encadrés par le lieutenant Emily Garcia, des services sociaux de la Défense. Celle-ci devait expérimenter avec eux une méthode de lutte contre le stress post-traumatique en les insérant dans un groupe d'hommes soudés par de rudes conditions de travail -les marins du "Doux Frimaire".

" Je ne le sens pas, ce coup. Qu'est-ce qu'on vient faire dans cette galère ? " avait lancé Franck en montant à bord, avant que le chalutier ne lève l'ancre en direction de la mer d'Irlande et ne disparaisse des radars...


Mon avis:

Peu importe parfois les invraisemblances, j'ai adhéré à cette histoire.
On sent très vite que rien ne sera simple, que Emily Garcia n'est pas qu'un(e) militaire lambda et que ce "Doux Frimaire" n'a de "doux" que le "doux" de son nom.
La vie à bord de ce chalutier, c'est d'abord le travail de la pêche, ce dur labeur. Ces pêcheurs, si proche de "Pêcheur d'Islande" de Loti. La houle, le courage, le danger!
L’Afghanistan, des soldats perdus dans un conflit qu'il ne comprennent pas. Un groupe d'amis soudés par la guerre, le peur et le besoin de secours. A chacun ses traumatismes, les talibans, les civils... Quatre amis qui se perdront après leur démobilisation.
Et puis, il y a Saadia Aleph, la touche de charme, l'enquêtrice pugnace que se retrouve au milieu de la tourmente!
Notre voyage sera mouvementé. Nous naviguerons entre Batz, petite île de Bretagne, l' Afghanistan et le "Doux Frimaire". La houle, le mal de mer...une histoire pas banale du tout!  Un thriller hors normes!

Mon petit plus:

J'ai découvert Blanchard avec Iboga. C'est donc sans crainte que j'ai retrouvé cet auteur.

Frimaire, c'est le troisième mois du calendrier républicain français. Il correspondait à la période allant du 21 novembre au 20 décembre du calendrier grégorien.


Le titre bien sûr me  fait penser à 
Baudelaire
Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !

mais aussi à 
Renaud.
Dès que le vent soufflera
Je repartira
Dès que les vents tourneront
Nous nous en aillerons
C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme.
   
Construit en 1949 le chalutier le "Doux Frimaire".
 


samedi 16 février 2019

Train d'enfer pour Ange rouge — Deuils de miel de Franck THILLIEZ


Quatrième de couverture:
Lancée à un train d’enfer ou s’approchant silencieusement, la mort chemine sur des rails sanglants. Vieux Lille, Paris, banlieue… Terminus. Aller simple pour folie criminelle.
Le commissaire Sharko ne voyage pas léger. À chaque arrêt : la mort. Lente. Brutale. Barbare. 


Réunies ici pour la première fois, ses deux premières enquêtes au cœur des ténèbres, où le miel et les larmes ont l’amertume du sang à jamais répandu.



Train d'enfer pour Ange rouge

Mon avis:
J'ai beaucoup aimé. 
Alors que son épouse Suzanne a disparu, le commissaire Sharko, va enquêter sur un meurtre sordide, à la mise en scène macabre. 
On découvre Sharko. Sombre, angoissé. 

Deuils de miel
Mon avis:
Beaucoup aimé aussi.
Toujours aussi sombre et angoissé, nous retrouvons Sharko.
Il n'a plus que son métier pour tenir. Chercher le coupable pour calmer les fantômes qui hantent son esprit.

Ma petite anecdote:

J'ai malgré moi pensé à "Un homme d'exception "réalisé par Ron Howard d'après le livre "Un cerveau d'exception" de Sylvia Nasar.
La vie de "John Forbes Nash, Jr.", seul mathématicien et économiste à être lauréat à la fois du prix Nobel d'économie en 1994 et du prix Abel pour les mathématiques en 2015.
John Nash souffrait de schizophrénie. Il a appris à vivre avec cette maladie seulement vingt-cinq ans plus tard. 
Mes lectures de Thilliez 
ICI.

vendredi 15 février 2019

Pauline d' Alexandre DUMAS


Présentation de l'éditeur:

Pauline est un des premiers romans de Dumas. C’est un livre qu’il a écrit seul, et qui se déroule de son temps. La fiction brode sur les thèmes du roman gothique, en "noir", nuit, cottage en ruine, sentes perdues, passages secrets, brigands impitoyables, héroïne enterrée vivante, substitution de cadavres.
Pauline fait face à un bourreau mystérieux, "homme fatal". C’est le roman d’une jeunesse déboussolée qui tente de se faire une place dans une société mesquine.


Mon avis:

L'histoire n'est pas si simple. Alfred de Nerval va raconter à son ami  Dumas  la surprenante histoire de Pauline de Meulien, mariée au comte Horace de Beuzeval.
Nerval bien sûr est amoureux de la jeune femme.
J'ai beaucoup aimé la description des lieux, des sites… Nous avons peur du noir, nous sentons le vent qui fait vaciller la flamme des bougies, nous sommes surpris de découvrir des passages secrets et des cimetières peut-être hantés.
C'est bien écrit, c'est facile à lire et même si on devine très vite qui est Horace de Beuzeval, on prend plaisir à suivre l'intrigue.

Mon petit plus:

J'ai lu ce roman dans le cadre de la lecture commune de janvier-février 2019 de Partage lecture


Avis rédigé le 20 janvier 2019

mardi 12 février 2019

Mes pas dans les tiens de Fioly BOCCA


Quatrième de couverture:

Alma a trente-cinq ans et tient une petite librairie à Bologne. Alors qu'elle est en vacances avec une amie dans une ferme du Piémont, elle fait la connaissance de Bruno, un moniteur d'équitation. Transportés par la magie du paysage, ils tombent amoureux. Mais au bout de quelques mois Bruno décide de mettre fin à leur relation, au désespoir d'Alma. 
Frida est une psychiatre de cinquante-cinq ans. Après la mort de son mari dans un bombardement en Syrie, elle abandonne son cabinet et part sur les traces de ceux qui l'ont connu. 
Alma et Frida vont se rencontrer sur le chemin de Compostelle. Malgré la froideur de Frida, elles apprécient la compagnie l'une de l'autre et décident de marcher ensemble, Alma racontant son amour perdu, Frida se taisant, murée dans sa douleur. Les deux femmes sont très différentes et elles ne savent pas encore que partager la souffrance et l'épuisement peut parfois engendrer des miracles.
Traduit de l'italien par Anaïs Bouteille-Bokobza.

Mon avis:

C'est un roman tout en douceur, plein de tendresse, et le désespoir devient espoir. Nos héroïnes ont peu de choses en commun. Elles appartiennent à deux générations, ont des professions très différentes. 
Alma écrit chaque jour pour parler de sa douleur, de son manque de Bruno… et par d'astucieux retour en arrière, nous comprenons son amour, son histoire.
Frida est drapée dans sa douleur… Un peu Andromaque, ses retours sont davantage des pourquoi, aller à la rencontre de ce qu'elle ignore de Manuel… et surtout comprendre, le comprendre pour ne pas se sentir abandonnée.
Le chemin de Compostelle, c'est un retour sur soi, une introspection, une façon de se retrouver…C'est la souffrance physique, l'épuisement, c'est une main tendue, une bouteille d'eau partagée, et le pain qu'on partage… Puis l'amitié…  
C'est un beau roman, ce sont deux belles histoires… C'est le respect de l'autre.

Mon petit plus:

Quand on parle de chemin, de randonnée et de marche… 
Ce fameux chemin que d'aucuns rêvent de faire, que d'autres font par petits bouts et que certains entreprennent avec courage et détermination.
Ce chemin qui a tant de variantes…
Il ferait 1530 kilomètres, partirait du Puy-en-Velay… Godelsac , évêque du Puy-en-Velay l'aurait inauguré en 951...

Mon avis mitigé sur le roman de Jean-Christophe RUFIN 

dimanche 10 février 2019

La chambre des morts de Franck THILLIEZ


Quatrième de couverture:

Imaginez… 
Vous roulez en pleine nuit avec votre meilleur ami, tous feux éteints. 
Devant vous, un champ d’éoliennes désert. 
Soudain le choc, d’une violence inouïe. Un corps gît près de votre véhicule. À ses côtés, un sac de sport. Dedans, deux millions d’euros.
Que feriez-vous ? 
Vigo et Sylvain, eux, ont choisi. 

Mon avis:

Voilà un thriller de Thilliez que j'ai apprécié.
Ce roman est noir, très noir, d'autant plus noir que l'enquête porte (surtout) sur les rapts d'enfants handicapées. 
L'amitié résistera-t-elle à l'appât du gain? Deux millions d'euros, pour deux jeunes chômeurs, c'est une belle somme.
C'est un livre qu'on lit vite, parce qu'on ne peut pas le lâcher… L'auteur nous tient en haleine, on a besoin de savoir, de connaitre la suite.
L'héroïne, Lucie Hennebelle, prend de l'envergure dans ce récit.

Mon petit plus:

Je viens de lire "Train d'enfer pour ange rouge" mon avis sera publié dès que j'aurai lu "Deuil de miel" qui en est la suite. Mais "La chambre des morts" écrit en 2005 est juste entre les deux! 

Donc pour une fois, je lis dans l'ordre de création!

Mes neuf autres Thilliez ICI

jeudi 7 février 2019

Haut le choeur de Gaëlle PERRIN-GUILLET


Présentation de l'éditeur

"Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver."
Depuis qu'Éloane Frezet, la tueuse en série la plus abjecte de ces dernières années, a prononcé ces mots, Alix Flament vit dans l'angoisse que la criminelle sanguinaire s'évade de prison...
Alors, quand la journaliste reçoit un coup de téléphone d'Éloane en pleine nuit, elle comprend que la meurtrière va honorer sa promesse...
Une promesse de sang


Mon avis:

Je ne connaissais pas  Gaëlle Perrin-Guillet, ni ce roman, son troisième, dont la première édition date de 2013.
Parce qu'elle a publié les interviews réalisées avec Éloane Frezet, une tueuse en série, Alix Flament est menacée. Dès que la criminelle s'évade, elle contacte la journaliste.
Comment Éloane choisit ses victimes, et surtout pourquoi? C'est ce lien essentiel que nos enquêteurs doivent découvrir. Quel est le lien entre Frezet et Jussy?
J'ai particulièrement apprécié ce roman sans temps mort. On passe de l'enquête menée par la police, à la morgue où le docteur Flavien Bernet, époux d'Alix exerce. Puis on se retrouve sur les traces de Pascal Jussy, à l'origine de la vocation d'Éloane. Les contacts entre la journaliste et la criminelle ajoutent à l'angoisse de la lecture. Quand, où la criminelle va-t-elle agir? Tout va très vite.
Est-ce que l'amour peut nous pousser au pire, et parfois au meurtre. Peut-on se servir de l'excuse d'amour pour assouvir nos plus bas instincts?
Et moi qui croyais que Chambery était une petite ville tranquille!
Je n'ai jamais vraiment cru que la musique adoucissait les moeurs! enfin, pas toutes les musiques en tout cas!
Une énigme originale, un suspense à couper le souffle, une lecture intense!

Mon petit plus:
On parle encore très peu des femmes "tueuses en série". 
Je viens de finir "Mon ombre assassine" d'Estelle Thareau et j'ai lu il y a quelques années  "Fleur de tonnerre" de Jean Teulé. 
Deux romans avec des héroïnes hors normes. Hélène Jégado, empoisonneuse bretonne (Fleur de tonnerre) est considérée comme la première tueuse en série de l'histoire française.

dimanche 3 février 2019

Comme si j'étais seul de Marco MAGINI


Quatrième de couverture: 

"À Srebrenica, la seule façon de rester innocent était de mourir."

Dražen a vingt ans lorsque la guerre éclate en Yougoslavie. Pour subvenir aux besoins de sa famille, il s’engage dans l’armée serbe. Piégé dans un engrenage qui le dépasse, il finira par prendre part au massacre de Srebrenica. 
Un an après les faits, alors qu’il est le seul soldat à plaider coupable, Dražen est jugé au Tribunal pénal international de La Haye. 
Comme en témoigne Dirk, un casque bleu néerlandais, l’ONU s’est pourtant refusée à intervenir lors de ce génocide qui aura coûté la vie à 8 000 civils. 
Quelle sentence Romeo González, magistrat en charge de l’affaire, peut-il prononcer? 
Quelle part de responsabilité un seul homme peut-il assumer dans ce qui est encore aujourd’hui considéré comme le pire massacre perpétré en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale?
Traduit de l'italien par Chantal Moiroud.

Mon avis:
Trois voix pour raconter le terrible massacre de Srebrenica en 1995.
Dirk, casque bleu, qui raconte l'incompétence de l'ONU pour agir. Cette impression malsaine d'être là et de ne pas agir. Les ordres qui ne viennent pas, et les soldats de la paix qui ne peuvent que regarder. Entre indifférence et désespoir!
Roméo Gonzalez, un des juges du tribunal de La Haye. Je l'ai trouvé désabusé, imbu sans doute de sa réussite, mais déçu de n'avoir à juger qu'un seul soldat, (qui en plus plaide coupable). 
Drazen Erdemovic, seul soldat à plaider coupable. Ce jeune homme pris dans la tourmente va nous raconter son long cheminement. J'ai trouvé très interessant ce parcours. Comment un homme amoureux de sa femme et désireux de combler sa fille va devenir un tueur.
Drazen Erdemovic a pris part à l’exécution de centaines de Musulmans de Bosnie de l’enclave de Srebrenica.  C'est le premier accusé du Tribunal à avoir plaidé coupable. Il a été condamné à 5 ans d’emprisonnement.

Mon petit plus:
La lecture de ce roman ne peut en aucun cas laisser indifférent. 
Les références historiques au massacre de Srebrenica et au procès se fondent sur des documents.
Quelle est la part de l'imaginaire dans ce roman?