vendredi 10 août 2018

Crin-Blanc de René GUILLOT


Quatrième de couverture:

Au cœur de la Camargue, Folco, le petit pêcheur, 
et Crin-blanc, un jeune poulain sauvage, 
nouent une amitié forte et bouleversante. 
Mais des voleurs de chevaux rôdent nuit 
et jour et convoitent Crin-Blanc. 
Dès lors, Folco n'aura qu'une idée en tête : 
préserver la liberté de son ami, 
et le protéger du danger 
que représentent les hommes.

Mon avis:

J'ai pris énormément de plaisir à redécouvrir ce court récit. L'histoire est simple et peut captiver de jeunes (ou moins jeunes!) lecteurs… 
C'est au coeur de cette Camargue d'autrefois où pour notre jeune héros la vie est rythmée par la pèche, puis par les hordes de chevaux, les manades que se passe ce roman. Folco voudrait devenir gardian, alors que son grand-père le voudrait pêcheur.
C'est une très belle histoire d'amour entre un cheval et un petit garçon. 
C'est simple, c'est pur, c'est beau!
Un joli moment de lecture, un joli moment de rêve, un joli retour en enfance! 

Mon petit plus:

À l'origine "Crin-Blanc" est un film français d'Albert Lamorisse, tourné en 1952 et sorti en 1953.
Denys Colomb de Daunant écrivain, poète, photographe, cinéaste et manadier est le coscénariste du film. Crin-Blanc fut tourné au milieu des étangs de Camargue, avec ses chevaux et ses gardians.
Une lecture partagée avec Lisa! 

mercredi 11 juillet 2018

Les quatre filles du docteur March de Louisa May ALCOTT


Présentation de l'éditeur:

Aux États-Unis, pendant la Guerre de Sécession. En l’absence de leur père, pasteur nordiste (donc anti-esclavagiste) engagé comme aumônier dans le conflit, quatre jeunes sœurs issues de la classe moyenne de la société font face aux difficultés de la vie quotidienne en ce temps de guerre. 
Traduit par Pierre-Jules Hetzel.

Mon avis:

Je dois avouer que j'ai été très déçue par cette relecture. Je me souvenais pourtant des quatre soeurs, de leurs défauts et de leur qualités. Meg, Jo, (ma préférée) Beth et Amy ne m'ont pas enchantée comme lorsque j'étais une petite fille…
Je n'ai pas su retrouver la magie de ma première lecture.

Mon petit plus:

J'ai offert ce roman à ma petite Lisa pour ses 12 ans. 
J'ai hâte de connaître son avis. 

mercredi 4 juillet 2018

Fractures de Franck THILLIEZ


Quatrième de couverture:

Alice sait que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête. À l'hôpital de Lille, son psychiatre doit lui révéler le résultat d'un an de traitement, lui apporter cette lumière qu'elle recherche depuis longtemps. Mais les événements étranges qui se multiplient autour de la jeune femme vont l'en empêcher : cette photo récente de sa soeur jumelle, pourtant morte dix ans auparavant, qu'elle récupère des mains d'un immigré clandestin; son père, agressé chez lui à l'arme blanche, et qui prétend avoir tenté de se suicider; ce chemisier ensanglanté qu'elle découvre dans sa douche et à propos duquel elle n'a pas le moindre souvenir ; cet homme retrouvé nu dans un abribus et qui semble avoir vu le diable en personne.
En un mot, Alice vient de prendre un aller simple vers la folie

Mon avis

C'est une lecture plutôt addictive, j'ai eu envie de savoir où Thilliez voulait aller et m'entrainer. Pas de temps mort dans cet ouvrage. Nous sommes au coeur de la folie, de la maltraitante… Vengeance, justice, maltraitante, folie, autant de thèmes qui me mettent mal à l'aise.
Un bon moment de lecture. Une belle écriture. 

Mon petit plus:

J'ai toujours quelques craintes en abordant les romans de  Franck Thilliez (ICI)
S'il est l'avant dernier livre de ma pal… c'est parce que je suis parfois ravie… et parfois déçue. 
J'ai reculé presque jusqu'au bout. Finalement je conseillerai sa lecture aux amateurs du genre! 

lundi 2 juillet 2018

Fausses promesses de Linwood BARCLAY


Quatrième de couverture:

Il s'en passe de belles à Promise Falls, charmante bourgade de trente-six mille âmes. Des agressions répétées sur le campus, un nourrisson kidnappé par un "ange", une femme sauvagement assassinée dans sa cuisine. Et vingt-trois écureuils retrouvés pendus à la grille du parc. Ce coin paumé des Etats-Unis serait-il devenu un lieu de rendez-vous pour les esprits dérangés ? 

C'est bien ce qui affole le débonnaire inspecteur Barry Duckworth, dont la pression artérielle ne cesse de grimper : quel genre de psychopathe aurait pris ses quartiers en ville ? Y a-t-il seulement un lien entre tous ces faits divers ? 

La chasse au crime commence. Aidé de David Harwood, père de famille déprimé et journaliste au chômage, Duckworth se lance dans une déroutante enquête, qui ne tarde pas à virer au cauchemar. Qui a dit que Promise Falls était une petite ville tranquille ? 

Traduit de l'anglais (Canada) par Renaud Morin

Mon avis:

Avec ce roman j'ai eu l'impression de me promener dans une petite ville de province. Les habitants commettent des délits plus ou moins graves, et l'inspecteur Duckworth tente de les résoudre. Il est d'ailleurs plutôt doué et ses analyses ne manquent pas de logique. 
Parce que sa cousine Marla est très impliquée dans une affaire d'enlèvement et de meurtre, David Harwood va mener son enquête…
Un très agréable moment de lecture pour cet opus, début d'une trilogie. 
Mais ne nous leurrons pas… ce qu'on découvre au cours de la lecture est loin de la sérénité. 
J'espère que les deux autres romans consacrés à "Promise Falls" finiront dans ma pal!

Mon petit plus

J'ai pris mon temps pour lire ce roman, je l'ai dégusté… D' habitude en lecture je dévore…J'ai tant envie de connaitre la suite que j'avance, comme dans la vie, trop souvent tête baissée… 
J'ai eu cette envie soudaine de rester dans cette petite ville, des horreurs il faut bien le dire… mais si paisible en apparence… 

vendredi 29 juin 2018

La fille sous la glace de Robert BRYNDZA

Quatrième de couverture :

Le froid a figé la beauté de ses traits pour l'éternité. 

La mort d'Andrea est un mystère, tout comme l'abominable secret qu'elle emporte avec elle… 

Connue pour son sang-froid, son esprit de déduction imparable et son verbe tranchant, l'inspectrice Erika Foster semble être la mieux placée pour mener l'enquête. En lutte contre ses propres fantômes, la super flic s'interroge : peut-elle encore faire confiance à son instinct ? Et si le plus dangereux dans cette affaire n'était pas le tueur, mais elle-même ? 

Sur la glace, aucun faux pas n'est permis.

Traduit de l'anglais par Véronique Roland.

Mon avis

Devenue veuve dans des circonstances dramatiques, Érika Foster essaie de se reconstruire, de continuer… Pas toujours très sûre d'elle. Elle est choisie par ses supérieurs  pour mener une enquête sur l'assassinat d'une jeune femme, Andréa, issue d'un milieu favorisé et politique.
Contre vents et marées, et surtout contre certains collègues carriéristes, contre les menaces des politiques et malgré les dangers qu'elle court, Érika va se battre pour découvrir le véritable assassin.
J'ai beaucoup aimé ce personnage, droit dans ses bottes, sympathique et attachante… 
À bientôt donc, pour un autre bon moment de lecture!

Mon petit plus:

J'ai choisi ce roman à cause de son titre… 
Il fait si chaud en ce début d'été que j'ai pensé me rafraîchir. 
Je vis tellement les romans que je lis qu'effectivement l'hiver londonien m'a apporté cette bouffée de fraicheur tant attendue!

mardi 26 juin 2018

Les prières de sang de Jean-Marc DHAINAUT


Présentation de l'éditeur

Alan Lambin, spécialiste en paranormal, est appelé à enquêter dans un vieux monastère ayant accueilli autrefois quatre templiers en fuite. Depuis, ses murs semblent dissimuler un lourd secret solidement gardé par des âmes hostiles. Les parchemins ne mentent pas, ni ces cris que chacun peut entendre la nuit dans les sombres couloirs du monastère. Et dire que tout a commencé parce qu'une étudiante a acheté un jour une armoire ayant appartenu aux moines. Une armoire qui n'avait pas perdu la mémoire…

C'est avec plaisir que j'ai retrouvé Alan Lambin, cet enquêteur  breton et normand, spécialisé dans de domaine du paranormal. Cartésien il cherche avant tout à expliquer les évènements qui peuvent effrayer les habitants de lieux, de maisons hantés. 
Cette fois-ci Mina Arletti, sa secrétaire va l'accompagner. On sent dès le début qu'il y a entre eux plus qu'une relation amicale et professionnelle.  On va suivre leur lente, très lente évolution amoureuse. Quand deux timides se rencontrent…J'ai eu envie de les secouer, de leur dire "Assez perdu de temps!…Aimez-vous et advienne que pourra!" 
Mina a des dons de médium qu'elle met au service de son patron. 
Céline, une jeune infirmière enceinte voit sa vie se transformer, ses nuits deviennent cauchemardesques  depuis qu'elle a acheté dans un vide grenier une armoire. C'est un moine, frère Oscar qui, gardien du monastère a vendu ce meuble. L'action se situe en 1986. L'enquète va nous projeter au XIIième siècle.
Si j'ai trouvé le début du roman un peu lent, en revanche, dès que l'action est en place, tout s'accélère… c'est très visuel… on se croirait dans un film, flirtant parfois  avec l'horreur. La peur, celles des héros, mais aussi la notre est bien présente et si on continue la lecture, c'est pour ne pas éteindre la lumière!
J'ai aussi aimé à la fin du roman découvrir Céline!

Merci aux éditions Taurnada et à Joël Maïssa pour ce partenariat.


Mon petit plus:
Je retrouve pour la  troisième fois  Jean-Marc Dhainaut.
 ICI

Une rencontre atypique avec l'auteur

Ma petite anecdote:

Je crains que ma liseuse soit  possédée, envoutée.
Lorsque j'ai chargé le roman, au lieu d'apparaître en dernier, dans les nouveaux romans,  il a bel et bien disparu.
Je fouillais et le découvrais bien caché sous une pile quelconque…
Chaque fois que j'ai éteint ma liseuse, il a disparu, laissant la place à "Madame Chrysanthème" de Loti, 
Puis, au redémarrage, revenait sans crier gare au dernier marque page!

Jean-Marc Dhainaut a-t-il ensorcelé ma liseuse?
Quelle part ont pris les éditions Taurnada et Joël Maïssa dans cet envoutement?
Vais-je devoir faire appel au tandem Lambin-Arletti pour exorciser ma liseuse?

lundi 25 juin 2018

Bon à tuer de Paola BARBATO


Quatrième de couverture

Corrado De Angelis et Roberto Palmieri sont deux écrivains que tout oppose. Le premier, neurochirurgien, doit son succès à la qualité de ses textes qui ont su redonner au roman policier ses lettres de noblesse. Palmieri est quant à lui un auteur vedette qui ne rate pas une occasion de faire le buzz et passe son temps sur les plateaux de télévision pour le plus grand plaisir de ses milliers de fans, et ce malgré la piètre qualité de ses romans. 
Les maisons d’édition de De Angelis et de Palmieri ont passé un accord diabolique : les deux auteurs sortiront leur nouveau polar le même jour à la même heure, et un prix sera décerné à qui vendra le plus de livres. La compétition sera lancée en direct à la télévision. Mais, le grand soir, rien ne se passe comme prévu, et De Angelis disparaît quelques minutes après avoir quitté le plateau. Le mystère s’épaissit lorsque débute une série de meurtres imitant à la lettre les crimes des thrillers de l’écrivain disparu. 
Traduit de l'Italien par Anaïs Bouteille-Bokobza.

Mon avis

Je ne sais pas trop ce que j'ai lu… Un triller certes, deux écrivains que tout oppose …Une émission "littéraire" en Italie où les protagonistes s'affrontent…. 
De Angelis, neurochirurgien reconverti en écrivain à succès et son collègue Palmieri, comique, clown peut-être, harcelé depuis longtemps par une femme… Une critique du monde de l'édition…où le talent ne compte guère…?  
Je suis passée à côté de ce roman. 

Mon petit plus:

J'ai beaucoup apprécié "Le fil rouge" ICI du même auteur.
Les éditeurs le savent, les lecteurs aussi, certains écrivains ne sont publiés que parce qu'ils sont célèbres, sportifs, acteurs, chanteurs et même des politiques qui profitent de leur notoriété pour vendre.
Je dois bien avouer que j'en ai lu quelques-uns (Barbara "Il était un piano noir", Bénichou "Putain de vie" Borhinger, … pour ne citer que ceux qui me viennent à l'esprit). 
Pour les promos, certains noms sont porteurs, ils attirent les foules.