mercredi 1 juillet 2020

Les couloirs démoniaques de Jean-Marc DHAINAUT


Présentation de l'éditeur : 

Le Foyer des Galibots, une maison de retraite paisible située dans le Nord de la France, ferma ses portes en 1992 après une effroyable série de morts mystérieuses. Des suicides, selon l'enquête. Détails troublants : certains pensionnaires avaient témoigné de présences effrayantes, et une aide-soignante avait affirmé avoir été attaquée par une force invisible. 
Alan Lambin, enquêteur en paranormal, sent que cet endroit, construit sur les ruines d'un hôpital exploré quinze ans plus tôt, a besoin de lui. 
A-t-il oublié la menace qui y rôde ?


Mon avis :

C'est toujours un plaisir que de chasser les fantômes avec Alan Lambin, Mina Arletti et l'ami Paul Belvague. Ils ont vieilli, tous les trois. Mina teint ses cheveux, elle reste très coquette. Paul qui se découvre des dons de médium, traine une hanche fragile. Alan aurait un léger embonpoint. C'est que nous sommes en 2002! Mais quel plaisir de les retrouver, toujours aussi jeunes et alertes dans leur tête!
Les galeries sont devenues des couloirs, mais l'ambiance demeure. Sûr les ruines de l'hôpital dévasté par un coup de grisou, on a construit une maison de retraite.
Des décès suspects, des voix, des peurs irrationnelles. La maison de retraite ferme, laissant les locaux aux délinquants, aux mauvaises herbes et aux esprits.
Pourquoi tant d'enfants, tant de fantômes d'enfants dans ce roman. Pourquoi ces enfants ne trouvent pas la paix. Si l'Ankou, tant raconté par sa grand-mère, est présent, il n'est jamais seul.
Comme toujours Jean-Marc Dhainaut nous manipule. Il se sert des vieilles légendes, des vieux contes pour triturer notre esprit.
Un moment très agréable de lecture, avec des héros agréables, humains et bien décrits!

Mon petit plus : 


La bande annonce du roman 



Merci aux éditions Taurnada et à Joël Maïssa pour ce partenariat.


mardi 30 juin 2020

Sur les chemins noirs de Sylvain TESSON


Quatrième de couverture :

     Il m'aura fallu courir le monde et tomber d'un toit pour saisir que je disposais là, sous mes yeux, dans un pays si proche dont j'ignorais les replis, d'un réseau de chemins campagnards ouverts sur le mystère, baignés de pur silence, miraculeusement vides. 
     La vie me laissait une chance, il était donc grand temps de traverser la France à pied sur mes chemins noirs. 
     Là, personne ne vous indique ni comment vous tenir, ni quoi penser, ni même la direction à prendre.
Sylvain Tesson.

Mon avis : 

Une chute de 8 mètres de haut, une vie qui bascule. 
Notre baroudeur, celui de "L'éternel retour", écrivain de talent Tesson ne peut se résoudre à rester dans les clous. Sa rééducation il la gérera seul, en traversant ce pays dont il ignore "les recoins", ce pays qui est le sien, mais auquel il a préféré les contrées lointaines.
C'est avec tout son talent que Tesson nous raconte sa traversée de la France, du 24 août au 8 novembre, de Nice au Sémaphore de la Hague, en suivant "ses chemins noirs".
Parfois seul, il fait quelques rencontres étonnantes et intéressantes, dormant dans des gîtes, des hôtels, ou à la belle étoile.
Il marche seul, parfois rejoint par des amis, sa soeur cadette aussi, n'écoutant jamais son corps, il marche, sans doute parce que sa vie en dépend! 
J'ai aimé ce récit. Jamais Sylvain Tesson ne s'apitoie sur son sort.

Un peu du récit :

"On m'avait ramassé. J'étais revenu à la vie. Mort, je n'aurais même pas eu la grâce de voir ma mère au Ciel." 
"Perdre du poids en marche, c'est laisser un peu de soi à la route."

Mes lectures de Tesson

samedi 27 juin 2020

Le nom des étoiles de Pete FROMM


Présentation de l' éditeur :


Pete Fromm a une quarantaine d’années, deux beaux garçons, une vie splendide en plein cœur du Montana. Son passé de ranger et d’emplois saisonniers dans les espaces les plus sauvages des États-Unis est derrière lui, il est désormais père de famille.
Un jour, on lui propose de partir s’installer un mois dans une cabane perdue au cœur de la Bob Marshall Wilderness. Dans cette région, qui abrite l’une des plus fortes densités de grizzlys des États-Unis, il devra surveiller la croissance d’alevins dans la rivière. 
La nature et le goût des grands espaces, sont-ils conciliables avec les responsabilités familiales ? Non, pense-t-il, oui, répond sa femme "un mois passe en un éclair, pars." Plus de vingt ans après son séjour à Indian Creek, voici Pete Fromm au seuil d’une nouvelle aventure en solitaire.
Traduit de l'américain par : Laurent Bary

Mon avis :

Pete Fromm écrit bien. Il décrit de magnifique façon la nature, la pêche, (à la mouche bien sûr!).
Il se raconte aussi. Témoignage qu'on dirait presque d'une autre époque, d'un autre temps, tant son "épopée" loin du monde moderne. 
Il part seul, ses enfants sont trop jeunes, trop petits pour affronter les grizzlis. Et pourtant, comme il aimerai leur enseigner tout ce qu'il sait.
On découvre aussi un peu de son enfance, un peu de ses parents, de sa famille, de son jumeau. 
J'ai eu un sentiment de redite, l'impression de lire les mêmes descriptions.

Mon petit plus:

J'ai beaucoup aimé les romans:
Cliquer sur les titres pour lire les avis!






mercredi 24 juin 2020

La vie en chantier de Pete FROMM


Présentation de l'éditeur : 

Marnie et Taz ont tout pour être heureux. Jeunes et énergiques, ils s’aiment, rient et travaillent ensemble. 
Lorsque Marnie apprend qu’elle est enceinte, leur vie s’en trouve bouleversée, mais le couple est prêt à relever le défi. Avec leurs modestes moyens, ils commencent à retaper leur petite maison de Missoula, dans le Montana, et l’avenir prend des contours plus précis. 
Mais lorsque Marnie meurt en couches, Taz se retrouve seul face à un deuil impensable, avec sa fille nouvellement née sur les bras. Il plonge alors tête la première dans le monde inconnu et étrange de la paternité, un monde de responsabilités et d’insomnies, de doutes et de joies inattendus.
Traduit de l'américain par Juliane Nivelt. 

Mon avis :

Comme dans tous les romans de Pete Fromm, le malheur permet de transcender l'humain. 
Lorsque Marnie meurt, Taz devra faire face pour Midge. 
Il va faire un long chemin pour se reconstruire. 
Anéanti, il va puiser au fond de lui l'énergie pour survivre. Aidé par son entourage, il va peu à peu sortir de son deuil, trouver le courage pour élever sa fille.
Le travail, Taz est menuisier, ébéniste plutôt, il aime le bois, le travailler, choisir les essences. Il aime le travail bien fait, est "tenons et mortaises".
Le bois, l'eau, des thèmes chers à l'auteur! 

Mon petit plus:

J'ai beaucoup aimé Lauren, la maman de Marnie, elle a la force de dire à son gendre :

"Marnie n'est plus là. Jamais elle n'aurait voulu que vous passiez le reste de votre vie seul".

mercredi 17 juin 2020

Urber Sed Lex de Christian GUILLERME


Présentation de l' éditeur : 

Contre une belle somme d'argent, quatre jeunes passionnés d'urbex sont mis au défi de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté.
Ils vont relever le challenge, mais, une fois sur place, ils vont se rendre compte qu'ils ne sont pas seuls dans cet immense endroit abandonné…Et très vite comprendre qu'ils n'auraient jamais dû accepter cette proposition.
JAMAIS ! 

Mon avis : 


URBEX, l’exploration urbaine de lieux abandonnés, usines et hôpitaux désaffectés, demeures bourgeoises ou petits châteaux inhabités, anciennes carrières. Ces lieux en France ne manquent pas, pour le plus grand plaisir de jeunes gens et jeunes filles. Ce sont en principe des sportifs entrainés, les risques qu’ils prennent sont calculés.
C’est en tout cas ce que font nos quatre héros, deux couples d’amoureux ayant cette même passion, Chloé et Théo, Camille et Fabrice.  C’est un sport plaisir, l’aventure d’une nuit, une découverte qu’ils préparent avec soin. 
Alors quand « on » leur propose de se partager 32000 euros pour faire ce qu’ils aiment, malgré quelques réticences, quelques mauvais pressentiments de Théo, ils acceptent le challenge.
Tout va s’enchainer très vite.  
J’ai pris un réel plaisir aux cotés de nos quatre personnages. J’ai aimé la rapidité de la lecture, accentuée par des chapitres courts et une écriture addictive.
Il y a une tension excessive tout au long du roman. 
C’est une chose que, avec quelques années de moins, j'aurai fait avec plaisir. 
Merci à l’auteur pour ce « rêve » d’une autre époque !

Mon petit plus: 

Dura lex, sed lex : "Dure est la loi mais c'est la loi".

La bande annonce du roman, création de Patricia et Joël Maïssa


Je remercie les éditions Taurnada et à Joël Maïssa pour ce partenariat.



samedi 13 juin 2020

Avant la nuit de Pete FROMM



Présentation de l'éditeur: 

Les nouvelles qui composent ce recueil ont pour cadre les paysages du Montana et les rencontres qui tissent des liens entre les êtres, les fêlures, les espoirs ou les désillusions qui les hantent. Subtil mélange d’humour et de poésie, elles constituent autant de tableaux d’une Amérique inoubliable et se placent dans la lignée des plus beaux textes de Norman Maclean ou Thomas McGuane. Du père divorcé qui traverse les États-Unis en voiture pour emmener son fils à la pêche au jeune homme qui rentre chez sa mère et son beau-père après une absence de six années, Avant la nuit nous présente une galerie de personnages crédibles et attachants.
Traduit de l' américain par Denis Lagae-Devoldère.

Mon avis: 

Écrit peu de temps après Chinook, j'ai pris tout autant de plaisir en lisant ces onze nouvelles.
Je pourrai en faire la même critique

"Super Souris et le fromage bleu de la Lune" est la onzième nouvelle de cet opus. 
Avec ce titre  je participe au

Pete Fromm est né le 29 septembre 1958 à Milwaukee dans le Wisconsin. 


Après des études secondaires à Milwaukee, Pete Fromm étudie la biologie animale à l'université de Montana. D'octobre 1978 à juin 1979, il est embauché par l'office de réglementation de la chasse et de la pêche de l'Idaho pour rester seul dans les montagnes, en plein cœur de l'aire naturelle protégée de Selway-Bitterroot, à surveiller l'éclosion d'œufs de saumon.
Il cumule plusieurs petits boulots, dont celui de maître-nageur à Lake Mead (Nevada), puis de ranger dans le parc national de Grand Teton, au Wyoming avant de rencontrer un modeste succès avec son recueil de nouvelles "The Tall Uncut" (1992). La reconnaissance médiatique vient avec ses chroniques d' "Un hiver au cœur des Rocheuses" (1993), où il relate son expérience de l'hiver 1978-79.
Il connait un important succès public et critique grâce à "Indian Creek," roman autobiographique dans lequel il raconte son expérience de la solitude au cœur des montagnes Rocheuses lorsqu'il était adolescent.
Marié et père de deux garçons, Il vit aujourd'hui à Missoula, dans le Montana.
(sources Wikipedia Babelio et Gallmesteir) 

Mes lectures de Pete Fromm

vendredi 12 juin 2020

Chinook de Pete FROMM


Présentation de l'éditeur :

Le "Chinook" est un vent qui balaye ce Montana rural de ranchs et de petites villes, toile de fond des nouvelles de Pete Fromm qui nous parlent de vies de famille comme de solitude, d'amour et de fidélité, d'engagement ou d'héroïsme. 
À travers les portraits de gens simples se dessine le tableau tout en finesse des existences fragiles qui peuplent cet Ouest américain. On y découvre ce fils obéissant qui n'ose pas avouer à ses parents que sa femme vient de le quitter, ou ce père désespéré au point de kidnapper son propre fils… 
La prouesse singulière de Pete Fromm est de révéler combien ces gens "ordinaires" sont dans leur humanité bien plus grands qu'il n'y paraît, donnant ainsi davantage de profondeur à nos propres existences.
Traduit de l'américain par Marc Amfreville.

Mon Avis:

Je crois que ce recueil de nouvelles est le premier écrit par Pete Fromm (traduit en français, pour autant que je sache). L'immense talent de l'auteur est là! Tout son amour pour la nature, pour le Montana est présent. On découvre les valeurs qui sont les siennes, amour filial, respect de la famille, transmission des savoirs, la pèche.
La pèche à la mouche surtout, un art de vivre. J'ai pensé au magnifique film "Et au milieu coule une rivière" (inspiré du roman autobiographique de Norman Maclean).

Mon petit plus:

"Tue-Serpents" est la septième nouvelle de cet opus. 

Avec ce titre  je participe au