dimanche 19 mai 2019

Atom [ka] de Franck THILLIEZ


Quatrième de couverture:

URSS, 1986. Hommes, terres, bêtes… l’atome a tout ravagé. Mais de Tchernobyl vient de s’échapper un mal plus terrible encore…
Paris, vingt-six ans plus tard. La scène de crime n’est pas banale : un journaliste mort de froid, enfermé dans son congélateur. À quoi travaillait-il ? Franck Sharko et Lucie Henebelle, de la Crim’, remontent la piste… Elle les mènera au cœur de l’enfer, là où, au nom de la science, l’avenir s’écrit en lettres de sang.

Mon avis:

Une enquête très radio-active menée tambour battant par Sharko et Henebelle. De la catastrophe nucléaire de Tchernobyl (26 avril 1986) à certaines expériences malsaines en 2012.
Thilliez est comme toujours très bien documenté, parfois trop. J'ai trouvé que toutes ces informations nuisaient à l'ensemble.
J'ai beaucoup aimé la deuxième moitié du roman, Thilliez va crescendo sûr le harcèlement dont est victime Sharko. C'est intense, anxiogène … Un vrai régal!

Après cette lecture, une discussion avec ma fille: 


Nous avons évoqué la vie de Sharko et celle de Henebelle comme si nous parlions de connaissances… Nous souvenant de certains évènements… et espérant que leur "père" leur accorde un peu de bonheur dans l'avenir… Pas sûr… la suite aux prochaines lectures!

mardi 14 mai 2019

Une catastrophe n'arrive jamais seule de Laura NORTON


Quatrième de couverture:

La vie de Béa est une vraie catastrophe. Elle vient de perdre son boulot et son futur mari s'affiche dans tous les médias au bras d'une présentatrice télé. Forcément, leurs relations se sont quelque peu refroidies... Pour retrouver un semblant de paix, Béa se réfugie chez ses parents. 

Sa mère a un don pour faire passer la tristesse à grands coups de liqueur artisanale. Mais, cette fois-ci, sa famille démultiplie au contraire ses problèmes. Béa se retrouve à devoir gérer la dépression existentielle de son neveu, la carrière ratée de sa soeur et les tentations de divorce de ses parents. 

Comme si ce n'était pas suffisant, elle tombe amoureuse d'un homme qui n'a pas l'air franchement intéressé. Sa vie est devenir un vrai ouragan. Mais après tout, c'est du chaos que naissent les plus belles histoires…
Traduit de l'espagnol par Paola Appelius et Camille Cosson.

Mon avis:

Je suis très dubitative après la lecture de ce roman. Dans un premier temps, Béa la narratrice m'a épuisée avec ses hurlements. Les colères, les cris, l'absence de prise de recul…Elle m'est apparue très vite insupportable, catégorique… et ce n'est pas seulement un défaut de jeunesse.
Une héroïne immature, égoïste, insupportable et pourtant...
Certains éléments du roman sont intéressants, l'acceptation de la différence, le respect des autres, les erreurs dramatiques et qu'avec un peu d'humour, beaucoup d'amour et de tendresse on arrive à aplanir. 

Ma conclusion:

La vie de Béa n'est pas une catastrophe… Béa gère très mal les aléas de la vie.

mercredi 8 mai 2019

L'inconnue de l'équation de Xavier MASSÉ.


Présentation de l'éditeur: 

Quatre heures. La police n'a que quatre heures pour démêler ce qui ne semblait être au départ qu'un simple drame familial : un couple, Juliette et François, retrouvé carbonisé, leur fils, Julien, gisant au sol.
Deux salles d'interrogatoires, deux témoins de la tragédie : la mère de François et une flic déjà présente sur les lieux. Deux versions, deux visions différentes.
Accident, meurtre, ou vengeance ?
Une toile d'araignée va se tisser peu à peu et d'une simple énigme va surgir une équation… aux multiples inconnues.


Mon avis:

Que s'est-il passé dans la vie de Juliette et François pour qu'ils se retrouvent, par cette triste nuit du premier août 2013, face à face, se menaçant d'une arme… et que suit, après la tuerie, une explosion que laissera peu de chance au petit Julien. Après avoir vécu l'enfer, ils avaient tout pour être heureux…l'amour, l'argent.
Les policiers ont quatre heures, c'est la durée légale pour prendre les témoignages avant une éventuelle inculpation.
Quatre heures et deux témoins…
Mireille, la mère François et grand-mère de Julien, et Binger, une inspectrice contactée par François seront séparées et interrogées. Chacune livrera son point de vue sur le couple.

Une lecture à perdre haleine!
Je dois dire que j'ai été scotchée par ce roman. Sans avoir l'air de rien, l'auteur nous promène dans les méandres d'un cerveau hors norme. C'est un roman que j'ai eu du mal à quitter, tant je voulais savoir, comprendre, tant j'avais envie que Migue, Dida et Brossard découvrent la vérité pour qu'enfin je respire.
Je ne sais même pas si j'ai repris mon souffle tant la fin est étonnante.
Rien n'est vraiment moral dans cette histoire.
Je n'ai pas l'impression qu'on voit le bout du tunnel (ref.: la bande annonce!),
mais j'ai aimé!

Merci aux éditions Taurnada et à Joël Maïssa pour ce partenariat.

Un mot de plus:

J'ai du résoudre des équations à une, puis deux et même trois inconnues Mais "l'inconnue de l'équation" c'est une énigme, un vrai labyrinthe où notre cerveau se perd!
(Écrit le 8/4/2019).

mardi 7 mai 2019

Digital Way of Life 2 - Virtualité réelle d'Estelle THARREAU


Présentation de l'éditeur

« La liberté virtuelle est la clé d’une réalité apaisée », telle est la devise de la cité dans laquelle vivent Betty et Christopher. Comme tous les habitants, ils travaillent à programmer cette ville où la pollution et le crime ont disparu. La nuit, ils vivent dans le monde virtuel qu’ils se sont créé. Un monde exutoire où tout est possible, où tout est permis. Mais, si un jour, cette liberté virtuelle s’achevait brutalement…

Mon avis:

Comme il est étrange ce monde trop parfait, ce monde sans peur et sans reproche, où les gens apprennent à coder dès la petite enfance… Heureux le jour de vivre dans cet univers aseptisé, enfouissant leurs rêves, leurs désirs et affichant une perfection nauséabonde…car on sent malgré tout poindre leur réalité virtuelle, celles qu'ils programment la nuit, derrière leurs masques… 
Alors le jour où la machine casse, le chaos n'est pas loin… et l'écriture d'Estelle Tharreau, rapide, incisive ne laisse pas le lecteur indifférent… 

Un petit clin d'oeil à Estelle Tharreau:

"Mode de vie numérique 1 - Pathologique" est une excellente nouvelle.

"Mode de vie numérique 2- Virtualité réelle" 
qui lui succède est tout aussi excellente.

Mes lectures d'Estelle Tharreau

J'ai découvert cette petite nouvelle 
en me connectant sur le site Taurnada .

lundi 6 mai 2019

Sous les branches de l'udala de Chinelo OKPARANTA


Quatrième de couverture: 

1968. Le Nigeria et la jeune république du Biafra se déchirent, les conflits interethniques sont chaque jour plus meurtriers, la population sombre peu à peu dans le désespoir. 

Au coeur de cet océan de violence, la jeune Ijeoma tombe amoureuse d'Amina.

La relation des deux adolescentes est rapidement découverte et tous, mères, pères, voisins, amis, se chargent de leur rappeler qu'aux yeux de Dieu et de la loi, leur amour est criminel.

Pour Ijeoma, un choix se dessine alors : se cacher et suivre ses désirs ; ou s'oublier et jouer le rôle que la société lui impose.

Une existence prisonnière du mensonge, est-ce la seule issue qui s'offre à Ijeoma ?


Traduit de l'anglais (Nigéria) par Carine Chichereau.

Mon avis:

C'est avec une grande douceur que l'auteur nous raconte Ijeoma. 
La guerre, la famine puis la mort…Cette mort si présente autour d'elle, cette guerre fratricide qui lui volera son père. L'abandon incompréhensible de sa mère. 
Puis l'adolescence et la découverte de l'amour, de son corps, du désir, du plaisir.
Retrouver sa mère qui veut "exorciser" le mal, à grands coups de versets de bibles. Ne pas toujours comprendre cet acharnement.
Rentrer dans le rang, devenir mère… 
Puis enfin vivre pleinement ce qu'elle est, et pouvoir de nouveau aimer sa fille, aimer sa mère.

C'est un roman qui raconte sans haine et sans violence tout le drame de l'homosexualité.

Une petite question:

J'ai cherché, en vain, j'ai même tenté avec "OU" mais je n'ai pas trouvé de représentation, de photo ou de dessin de "l'udala".
Si vous êtes plus perspicaces que moi, merci de me diriger, de me faire découvrir l' Udala.


lundi 29 avril 2019

Faux amis de Linwood BARCLAY


Quatrième de couverture:

La ville de Promise Falls est sous le choc. L'écran du drive-in vient de s'effondrer en pleine séance. Bilan : quatre morts. Accident? Acte malveillant? L'impassible inspecteur Barry Duckworth enquête. Et un détail le perturbe : l'heure de l'explosion, 23 h 23 ; un chiffre qui évoque d'autres crimes non élucidés… 

De son côté, le privé Cal Weaver travaille sur une sombre affaire. Une effraction a eu lieu au domicile d'Adam Chalmers, ponte local décédé au drive-in. Le vol en question : des vidéos érotiques que le défunt réalisait dans son sous-sol... Qui apparaissait sur ces films? Y a-t-il un lien entre tous ces faits divers ? 

Phénomènes étranges autour de la grande roue, agressions sur le campus, meurtres inexplicables. Un vent de panique souffle sur Promise Falls et l'heure est venue pour Cal Weaver et Barry Duckworth d'unir leurs forces.
Mais par où commencer dans cette ville où tous les psychopathes du coin semblent s'être donné rendez-vous?

Traduit de l'anglais (Canada) par Renaud Morin.

Mon avis:

J'attendais cette suite de Fausses promesses , sinon avec impatience, au moins avec intérêt. 
Retourner me promener à Promise Falls, faire quelques pas avec Barry Duckworth, discuter avec Cal Weaver… C'est ça non le fantasme du lecteur, entrer dans le roman et être partie prenante de l'histoire!
Parce qu'on ne s'ennuie pas une seule seconde dans cet opus… 
Et la fin est très ouverte… Il n'y a plus qu'à attendre que "Vraie folie" le tome trois de la saga tombe dans ma pal.

Un petit mot de l'éditeur Belfond:

Plume acérée, personnages inquiétants et humour noir : après "Fausses promesses", Linwood Barclay livre un nouvel opus riche en suspense pour conter les secrets et mystères d'une bourgade américaine pas si tranquille.

dimanche 21 avril 2019

[Gataca] de Franck THILLIEZ


Quatrième de couverture:

Quel lien entre onze psychopathes gauchers et l’homme de Cro-Magnon ? 
Alors que Lucie Henebelle peine à se remettre de ses traumatismes, l’ex-commissaire Sharko se voit relégué à des enquêtes de seconde zone. Telle la découverte du corps de cette jeune scientifique, battue à mort par un grand singe. 
À nouveau réunis pour le pire, les deux flics plongent aux origines de la violence, là où le génome humain détermine son avenir : l’extinction. Bienvenue à GATACA… 

Mon avis:

C'est un roman qui est très bien noté, les critiques sont unanimes ou presque, cet ouvrage est à lire.
Je reste mitigée quant à cet opus…
Le positif, les "retrouvailles" entre Sharko et Henebelle. Ces deux là sont tellement perturbés dans leur vie privée qu'ils ne peuvent que se comprendre et s'entraider.
Thilliez part dans tous les sens… Des enquêtes de tous les côtés, des explications scientifiques à longueur de roman… 

Pourquoi cette lecture:

C'est la suite  de "Le syndrome [E]" alors forcément je devais le lire.

Thilliez c'est toujours pour moi une énigme .
Tantôt happée par ma lecture, tantôt lassée! 

Mon prochain Thilliez sera "Atom [ka]".

Mes lectures de Thilliez
 ICI