dimanche 12 février 2017

Lucy in the sky

Pete FROMM

Quatrième de couverture

Lucy Diamond, quatorze ans, file à toute allure vers l’âge adulte. Prise entre l’urgence de vivre et la crainte de devoir abandonner ses manières de garçon manqué, Lucy se cherche et joue avec l’amour. Elle découvre par la même occasion que le mariage de ses parents n’est pas aussi solide qu'elle le croyait. Armée d’une bonne dose de culot, elle s’apprête à sortir pour toujours de l’enfance. Quitte à remettre en question l’équilibre de sa vie et à en faire voir de toutes les couleurs à ceux qui l’aiment.
Traduit de l'américain par Laurent Bury.

C'est l'histoire toute simple, mais si bien écrite, d'une jeune adolescente, Lucy Diamond. Lorsque nous croisons sa route, elle a quatorze ans, mesure déjà 1m75, est plate comme une limande et surtout tondue! 
Elle va se transformer, à son corps défendant et abandonner la cage d'écureuil de son enfance pour d'autres jeux! 
Un père absent, qui ne revient que pour la tondre et passer du bon temps avec sa mère. Un père qui ne s'exprime qu'avec des traits d'humour plus ou moins efficaces, un père qui lorsqu'il n'est pas là se contente d'envoyer des cartes postales humoristiques, avec parfois juste sa signature. Je n'ai pas aimé ce père, ce n'est pas son absence qui m'a gênée, c'est sa présence, cette façon de vouloir que sa fille soit un garçon en lui rasant la tête à chaque passage. Un jeu… je n'en suis pas si sûre; une marque de pouvoir paternel plutôt.
Sa mère, si elle est différente n'est guère plus présente. Jeune et jolie encore, elle croit partager des secrets avec sa fille… Mais l'adolescente refuse d'entrer dans le jeu, ne parle pas à sa mère. Et les expériences de sa jeune vie, elle va les traverser avec Kenny, son ami d'enfance, mais pas vraiment son confident!
Je l'ai trouvé très seule, mais plutôt dégourdie, elle ne se laisse pas aller à la facilité, et si parfois elle se trompe, elle sait "retomber sûr ses pattes".
J'ai aimé la fin du roman… Si elle peut sembler triste, elle m'a parue au contraire pleine d'espoir, une ouverture vers un joli futur, un regard tendre pour de beaux jours à venir.


"Lucy in the sky with diamonds" est une des chansons les plus célèbres des Beatles, enregistrée en 1967.


Je remercie  Les éditions Gallmeister pour l'envoi de ce roman.


6 commentaires:

  1. coucou Joelle

    Merci pour cette chronique qui me donnez bien envie, je me le note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est proposé en partenariat cette semaine!

      Supprimer
  2. Encore une belle critique, Joëlle, merci.
    Je t'ai nominée pour le Liebster Award
    https://livresdunjourblog.wordpress.com/2017/02/12/liebster-award-2017/
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Claude.
      J'ai été jeter un oeil rapide sur le Liebster Award, je vais y répondre, juste je risque de mettre un peu de temps!

      Supprimer
  3. Je te fais confiance pour la fin... j'espère que je verrai les choses comme toi!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui…et sinon on en discutera… on échangera nos point de vue…et peut-être qu'on restera sûr nos positions ou pas!!!

      Supprimer