vendredi 4 décembre 2015

Le visage de Satan

Florent MAROTTA

Quatrième de couverture

"Un hurlement. Là, quelque part, qui se répercutait sur les murs poisseux et humides de la pièce. L'endroit ressemblait davantage à une cave avec ses murs bruts et ses parois voûtées. Puis un râle d'agonie s'étouffa, comme si même la mort prenait plaisir à attendre. L'homme pendait comme une vulgaire carcasse de viande accrochée à une esse de boucher. Son visage n'était que souffrance, rictus d'agonie et d'abomination. "Faites que je meure", implora-t-il en silence."

L'histoire commence le douze décembre 2012, neuf jours avant la fin du monde! Alors toutes les tentations sont là, dans ce froid Paris d'avant l'apocalypse. On défile dans les rues, on scande des slogans, pour essayer de trouver des adeptes, les antis, les pros… d'un Dieu rédempteur à un Satan sauveur.
Il est un peu rustre, Gino Paradio, ce privé, ex policier, ex alcoolique. Il n'est pas très convaincu de prendre l'affaire que Sibylle Pech lui propose, prouver que son mari mort d'une crise cardiaque a été assassiné! Mais elle promet de lui donner Camarone, Enzo Camarone, l'assassin de ses parents. Un meurtre semblant s'inspirer de rites sataniques, un tatouage découvert dans le compte rendu d'autopsie de Walter Pech, et Gino va plonger dans les milieux de la magie noire, de la magie blanche, de l'ésotérisme. Aidé de Morgane, une jeune femme initiée à l'ésotérisme et pratiquant la magie blanche, les yeux vairons, il va mener son enquête.
Les meurtres se succèdent, ils correspondent à certains rituels. On oscille parfois, entre les rites sataniques et les hallucinations de Gino, encore en sevrage. 
Il est émouvant Gino, entre son désir de vengeance et son refus d'être comme les tortionnaires. J'ai aimé cette dualité, ces efforts faits pour ne pas tomber dans le piège d'abattre les "méchants". Il est aidé par la douce Morgane, par le visage de sa soeur ou de ses parents qu'il voit parfois en rêve. Ne pas tomber de l'autre côté.
Une découverte pour moi, un bon moment de lecture, un héros sympathique, et un Satan satanique!

Merci aux éditions Taurnada et à Joël Maïssa pour ce partenariat.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire