mercredi 17 juin 2015

L'autre comme moi

José SARAMAGO

Quatrième de couverture

Tertuliano Máximo Afonso aperçoit dans un film son double parfait. Horrifié, il visionne d’autres vidéos qui confirment son intuition. Aidé de sa maîtresse, il part à la recherche d’António Claro, cet autre lui-même. Mais deux êtres semblables ne peuvent coexister… Et du désordre de l’identité naît la tragédie.
Traduit du portugais par Geneviève Leibrich

J'ai par curiosité recherché la définition du prénom que le héros de Saramago porte, il semble que "débatteur" soit sa traduction française. Ce qui ne m'a pas surpris. L'intrigue, partir à la recherche d'un "double", d'un "clone" peut-être est tout à fait passionnante. Le rencontrer, savoir ce qu'on partage, en lisant la quatrième de couverture, j'ai eu envie d'aller plus loin. Depuis ma lecture de "Caïn", je voulais aussi retrouver Saramago, Nobel de littérature 1998.
Le style est tout à fait surprenant, des dialogues non mis en forme, des phrases très longues, des digressions… Il m'a fallu une centaine de pages pour entrer totalement dans la tête de Tertuliano, ou plutôt de Saramago…J'ai du relire, revenir sur certaines pages, me demandant ce que j'avais pu rater…Puis la magie a opéré, j'ai eu envie de poursuivre cette aventure. Les digressions m'ont fait sourire, étonnée, enrichie aussi…
J'ai particulièrement aimé quand au cours d' une réunion, notre professeur d'histoire pose cette question "À mon avis, dit-il, la seule option valable, la seule décision sérieuse qu'il conviendrait de prendre en ce qui concerne la connaissance de l'Histoire serait de déterminer si nous l'enseignerons d'arrière en avant ou, comme je le pense d'avant en arrière…etc.". C'est aussi ce genre de pensée qui a donné à ma lecture une toute autre dimension.
Pour conclure, il a fallu que je fasse un effort pour entrer dans ce roman, mais l'effort a été récompensé par le plaisir éprouvé une fois la musique, le tempo mis en place.
Je remercie Partage lecture et les éditions Points pour ce partenariat.



Partenariat

2 commentaires:

  1. Je ne pense pas que j'accrocherai à ce genre d'histoire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est enrichissant; mais je reconnais qu'il m'a fallu une centaine de page pour accrocher…

      Supprimer