jeudi 24 mars 2016

Coeur de flic

Daniel BOURDON


Quatrième de couverture

Fils de mineur, Daniel Bourdon a gravi les échelons de la police parisienne pendant trente-deux ans, dont vingt-cinq années dans la brigade spécialisée dans le flagrant délit (BAC). Avec plus de sept mille interventions à son actif, il refuse l’appellation de « super flic » et se voit plutôt comme un flic de rue.
Avec cet ouvrage, il revient sur des affaires comme celle de Malik Oussékine, l’attentat de la rue de Rennes, des suicides, des gens au destin brisé. Mais également sur de belles rencontres comme avec Serge Gainsbourg, Jean-Luc Delarue, Gaston Deferre, ou plus simplement Titi le clochard, Germaine, pour finir sur la mort d’un flic tué pour avoir croisé le chemin de terroristes. 

Je m'attendais à lire une autobiographie, celle d'un homme, celle d'un  policier ayant passé trente-deux années dans un commissariat du sixième arrondissement de Paris. 
Si on excepte le jour où il fait, encore tout jeune ado, connaissance avec les services de police et de justice, histoire touchante d'ailleurs… et une ou deux anecdotes, Daniel Bourdon ne nous parle jamais de lui.
Il vivra, chaque jour des faits divers terribles, qui font les chiens écrasés de nos journaux. Il découvrira l'horreur d'être le premier sûr les lieux d'un homicide, d'un accident, d'un suicide, 
ou parfois d'une mort solitaire, les parents qu'on doit ménager, les victimes qui émeuvent tant. Heureusement, parfois ce quotidien est soulagé par de jolies rencontres.
On sent qu'il aime ce Paris qu'il arpente, les gens qui y vivent, qui y meurent aussi, hélas. 
C'est la biographie toute simple d'un policier, d'un homme qui aime son prochain, un policier qui pourrait être ordinaire si on ne sentait pas en lui une grande part d'humanité. 
Les planques, les filatures, les flagrants délits, le monde de la nuit et des turpitudes, il raconte simplement ce quotidien.
J'ai regretté, c'est vrai, de ne rien savoir, ou si peu de sa vie privée. Il a choisi de ne parler que de sa vie de flic, que de son coeur de flic. Je l'ai trouvé très sobre et j'ai aimé cette pudeur. J'ai aimé aussi sa façon de regarder ce Paris, ses rues, ses places et son architecture.

Je remercie Anaelle, des éditions Publishroom pour ce partenariat. 
"Coeur de flic" de Daniel Bourdon 

2 commentaires:

  1. Ce témoignage à l'air très intéressant, merci pour ton avis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvé sincère et bien écrit!

      Supprimer