mardi 16 février 2016

Le Dieu dans l'ombre

Megan Lindholm alias Robin Hobb
Couverture: illustration de Johan Camou.

Quatrième de couverture

Evelyn a 25 ans. Un séjour imprévu dans sa belle-famille avec son mari et son fils de cinq ans tourne au cauchemar absolu. Une créature surgie de son enfance l'entraîne alors dans un voyage hallucinant, sensuel et totalement imprévisible, vers les forêts primaires de l'Alaska. Compagnon fantasmatique ou incarnation de Pan, le grand faune lui-même...
Qui est le Dieu dans l'ombre?
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Claudine Richetin.

Si au départ je n'ai pas aimé la narratrice, j'ai très vite compris son mal être. Alors, forcément, je me suis peu à peu attachée à elle. J'ai compris, qu'enfant délaissée, elle n'avait pas choisi pour ami imaginaire n'importe qui. Non, c'est Pan qu'elle choisit, mi homme, mi bouc… et il va accompagner cette petit sauvageonne pendant toute son enfance.
Alors, quand adulte, mariée et toute jeune maman elle va vivre l'un des pires drames d'une vie de femme, lorsqu'elle verra l'homme qu'elle aime tel, qu'il est… C'est avec Pan qu'elle fuira…
De très belles descriptions, des paysages, des animaux…La nature dans toute sa splendeur, le froid, l'amour…Il lui faudra faire le chemin pour revenir chez elle à pied pour pouvoir continuer… Délaissée, seule, mais enfin en accord avec ce qu'elle est vraiment.
Quelques longueurs m'ont parfois lassée.

2 commentaires:

  1. J'ai trouvé ce roman très fort. Il m'a surprise et embarquée!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou, peut-être, comment se reconstruire...

      Supprimer