vendredi 5 décembre 2014

Patients


GRAND CORPS MALADE
Couverture: Rivierre/ DALLE

Quatrième de couverture

À tout juste vingt ans, alors qu'il chahute avec des amis, Fabien heurte le fond d'une piscine et se déplace les vertèbres. Les médecins diagnostiquent une probable paralysie à vie. Dans le style poétique, drôle et incisif qu'on lui connaît, Grand Corps Malade relate les péripéties vécues avec ses colocataires d'infortune dans un centre de rééducation. Jonglant entre émotion et dérision, ce récit est aussi celui d'une renaissance.

J'ai découvert le slam et Grand Corps Malade bien avant de connaître son histoire. J'ai su que ce grand garçon appuyé sur une béquille avait eu un accident, alors forcément je devais un jour ou l'autre croiser son "Patients".
La lecture de cette expérience se fait très facilement. L'auteur ne se lamente pas sur son sort, il nous offre comme un cadeau son long voyage dans un centre de rééducation, ses espoirs, sa lutte. 
Après avoir lu "Acharnements sans merci" écrit par Didier Roy grâce à une commande vocale, j'avais intégré ce que nous, ignorants du monde des infirmes n'avions pas compris…Le handicap physique a beaucoup de répercussions que nous n'imaginons même pas.
Dans le handicap comme dans la douleur il n'existe pas d'échelle, il existe simplement des êtres humains qui réagissent différemment. Mais il y a souvent un point commun; le courage.
Des témoignages aussi spontanés et aussi sobres, où l'humour est présent sont très rares. Merci Fabien Marsaud.
    

4 commentaires:

  1. Un très beau témoignage. Vrai, avec de l'humour et qui remet les choses à leur juste place.
    Merci pour ton avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cindy de ta visite et de ton message.

      Supprimer
  2. Très intéressant, il va falloir que je vois ça car j'aime bien "Grand corps malade".
    Bonne journée et merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il nous décrit cette année où sa vie a basculé avec beaucoup de pudeur. Interessant et enrichissant. Merci, bonne journée Céline.

      Supprimer