lundi 13 février 2017

L'impasse

Estelle THARREAU

Quatrième de couverture

Au cœur de Chanzy, ville minière en plein déclin, trois femmes, deux hommes et un enfant se partagent une cour baptisée « l'Impasse ». Tous ne survivront pas à la haine qui les lie.
Revenu sur les lieux de son enfance, le policier David Bertal suivra, au fil des vengeances et des trahisons, le chemin qui le conduira à affronter les acteurs de son passé.
Mais, entre doutes et remords, parviendra-t-il à déchirer le voile noir qui entoure la vie et les secrets de ceux qu'il a aimés autrefois ?



C'est un roman que j'ai dévoré, je l'ai lu sans presque reprendre mon souffle, je n'avais qu'une envie, et ce malgré l'heure tardive…lire le suite, savoir, comprendre où l'auteur allait nous mener.
Je dois dire que je n'ai pas été déçue. 
L'impasse est habitée par des gens qu'on n'a pas envie de croiser, qu'on préfère ne pas connaitre… Trois femmes, faibles (peut-être?), trois femmes que deux hommes manipulent … Un homme au sommet de l'art politique, au sommet de l'hypocrisie, du mensonge (diplomatie?) et un mauvais garçon, dealer à ses heures, mais aussi homme à tout faire, et accessoirement militaire. Et puis il y a Benjamin… "L'abruti malsain", Benjamin qui n'a que cinq ans, Benjamin qui est muet, Benjamin dont le regard fait peur!
Il y a la misère des bassins miniers désertés, les anciens qui s'accrochent à leurs maisons noircies par le temps et la mine, les jeunes désœuvrés qui ont peu de choix, et les autres, qui essaient de garder un emploi, de boucler les fins de mois avec pour seul espoir, arriver à payer les factures.

Est-ce une bonne idée de revenir, après dix ans d'absence, dans la petite ville de son enfance. Lorsque David Bertal est nommé pour enquêter sûr le meurtre de l'impasse, il sait qu'il va devoir affronter les acteurs de sa jeunesse, interroger ses anciens amis, leurs parents…Il connait leur faiblesse, leur travers…Vont-ils accepter de l'aider ou lui tourner le dos?

J'ai passé un agréable moment. L'auteur a su ménager suffisamment de suspens, les rebondissements alors qu'on pense tout savoir, jusqu'à la fin.
Elle traite aussi avec beaucoup de pudeur des sujets comme le racisme, la non acceptation des autres et le silence, (ou l'indifférence!) trop souvent nocif.  

"Mais chut! Ça! C'est notre secret! Pour toujours! Rien que toi et moi!"


Merci aux éditions Taurnada et à Joël Maïssa pour ce partenariat.





6 commentaires:

  1. Superbe critique dans laquelle transparaît tout ce que je voulais souligner dans ce roman. Merci Joëlle. Estelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours un plaisir de vous lire. J'espère lire un nouveau roman bientôt!

      Supprimer
  2. Coucou Joelle
    Je te souhaite une belle semaine de lectures !

    RépondreSupprimer
  3. Voilà qui donne envie de le lire!

    RépondreSupprimer