dimanche 21 mai 2017

La marque de Windfield

Ken FOLLETT
Couverture: James Tissot, La demoiselle d'honneur (détail)

Quatrième de couverture

L'auteur du "Code Rebecca" et de l'inoubliable fresque des "Piliers de la Terre" nous emmène ici avec sa prodigieuse science de l'intrigue, au coeur de l'Angleterre victorienne.
En 1866, plusieurs élèves du collège de Windfield sont les témoins d'un accident au cours duquel un des leurs trouve la mort. Mais cette noyade est-elle vraiment un accident? Les secrets qui entourent cet épisode vont marquer à jamais les destins d'Edward, riche héritier d'une grande banque , de Hugh, son cousin pauvre et réprouvé, de Micky Miranda, fils d'un richissime Sud-Américain. Autour d'eux, des dizaines d'autres figures s'agitent, dans cette société où les affaires de pouvoir et d'argent, de débauche et de famille, se mêlent inextricablement derrière une façade de respectabilité…
Traduit de l'anglais par Jean Rosenthal.

Ken Follett nous entraîne dans l'univers financier londonien de la fin du XIXème siècle.  
C'est au collège de Windfield que nous découvrons un groupe de jeunes garçons. La journée est chaude, ils sont consignés pour un histoire de larcin, ils font le mur pour aller se baigner. Un drame: Peter Middleton se noie! Accident? Crime?
Histoires d'amours, d'ambitions, rivalités, manipulations … L'auteur ne nous épargne pas.
L'époque est, comme toujours avec Follett, très bien décrite. 
Les années passent, nos héros grandissent…
On s'attache aux personnages, les gentils…trop gentils sans doute… et les méchants… très très méchants bien sûr! 
C'est un beau roman, les intrigues sont bien menées, le suspens présent, nous craignons pour nos favoris. Un beau moment de lecture!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire