samedi 7 janvier 2017

Impurs

David VANN

Quatrième de couverture

Été 1985. En plein cœur de la Vallée Centrale de Californie, Galen, vingt et un ans ans, vit seul avec sa mère. Étouffé par son amour exclusif, le jeune homme se réfugie dans la méditation. Leur existence est rythmée par les visites inopportunes de sa tante et de sa cousine trop sexy, et par celles qu’ils rendent à sa riche grand-mère dont la mémoire défaille. Mais l’accumulation de rancœurs entre les deux sœurs et l’obsession de Galen pour sa cousine ne tarderont pas à les mener au bord de l’explosion.
Traduit de l'américain par Laura Derajinski


"Familles! je vous hais! Foyers clos; portes refermées; possessions jalouses du bonheur." 
(André Gide Les nourritures terrestres.)

Avec ce roman David Vann nous emmène au coeur de la Californie, dans un domaine autrefois prospère, aujourd'hui occupé par une mère et son fils qui vivent de peu…qui survivent plutôt. Une grand-mère en maison de retraite, qui certes n'a plus toute sa tête, mais porte à Galen une admiration sans limite. Une tante et sa fille complètent cette famille.
Les relations entre toutes ces femmes ne sont que conflits, rancoeurs, jalousies. Alors, sans doute pour s'évader notre héros médite à l'excès. On sent très vite le déséquilibre de ce jeune homme, son refus de la nourriture, ses rêves éveillés, son désir de communion avec la nature poussé à son paroxysme.
Les histoires tues, les non-dits, les sensations, les images de sévices, le silence de sa mère qui l'enferme, non pour le protéger, mais pour ne pas être seule…
Je n'ai pas toujours su si Galen vivait certaines scènes ou si son esprit malade les imaginait. Mais au fil des pages, malgré la beauté de certains lieux, les descriptions magnifiques de l'intensité de la chaleur…et la fraicheur de la nuit, le malaise est là, intense, insupportable.
C'est une lecture dure, il faut être solide pour aller au bout de ce roman. C'est une longue descente aux enfers, sans retour possible que nous offre l'auteur.

Je remercie Partage lecture et les éditions Gallmeister pour ce partenariat.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire