samedi 1 juillet 2017

La maison bleu horizon

Jean-Marc DHAINAUT

Quatrième de couverture

Janvier 1985. Tout commence par un message laissé sur le répondeur d'Alan Lambin, enquêteur spécialiste en phénomènes de hantises. Une maison, dans un village de la Somme, semble hantée par un esprit qui effraie la famille qui y vit. En quittant sa chère Bretagne, Alan ignore encore l'enquête bouleversante qui l'attend et les cauchemars qui vont le projeter au cœur des tranchées de 1915. Bloqué par une tempête de neige, sous le regard perçant d'un étrange corbeau, Alan réussira-t-il à libérer cette maison de ce qui la tourmente ?

Breton et normand, Alan Lambin a été nourri de légendes, de superstitions et d'anecdotes plus ou moins vérifiées. Pourtant il est cartésien et cherche à expliquer les évènements qui peuvent effrayer les habitants de lieux, de maisons hantés. 
Alors qu'en ce début d'année 1985 le froid s'abat sur la région entière, des évènements étranges perturbent la famille Anneraux. Alan va enquêter dans cette étrange demeure, il va être confronté aux peurs des habitants, mais aussi à ses propres cauchemars.
Deux enfants, Thomas si sage et si jeune, Peggy, jeune ado réfractaire au "chasseur", leur maman Hélène et la domestique Mélanie sont impressionnés par des spectres, des pleurs, et peut-être des menaces. L'absence du maître des lieux augmente l'angoisse des siens. Où est Jean-Pierre Anneraux?
C'est une lecture facile et agréable. Je ne crains pas les fantômes, je ne suis pas sure qu'ils existent en dehors de la littérature et de nos fantasmes, mais j'ai senti la présence de Joseph, et j'ai aimé que justice soit rendue.
Au delà du roman, il y a dans cet ouvrage une volonté de rendre hommage à tous ces hommes si jeunes, ces soldats, ces poilus envoyés au combat, servant d'appât et de chair à canon. J'ignore pourquoi, mais dès qu'il s'agit de cette guerre, j'éprouve une émotion intense, un sentiment de profonde injustice. Les coquelicots dans nos prés sont un vibrant hommage à tous ces jeunes gens!

Merci aux éditions Taurnada et à Joël Maïssa pour ce partenariat.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire