mardi 21 mai 2013

La couleur des sentiments

Kathryn Stockett

L'auteur a choisi trois narratrices pour nous raconter le Mississipi des années soixante.
Une jeune bourgeoise blanche, Skeeter Phelan et deux bonnes noires, Aibileen qui a au fil des ans et des malheurs appris à se taire et porte le deuil de son fils unique et Minny, une mère de famille nombreuse, femme battue aussi, mais qui ne peut pas, ne sait pas se taire.
Sous l'impulsion de Skeeter, Aibileen et Minny vont non seulement raconter leur existence mais aussi obtenir le  témoignage d'une dizaine de bonnes.
Des larmes, des rires, parce que chaque témoignage est unique et chaque famille blanche a des rapports différents avec les domestiques.
Plongée dans l'ambiance ségrégationniste des années soixante,
j'ai eu peur que le KKK ne vienne anéantir les quartiers ou vivaient les familles des "nounous-bonnes"
j'ai craint pour la vie de Skeeter, je lui en ai voulu d'avoir oublié son sac et d'avoir ainsi mis en péril sa vie et celles de ses amies.
J'ai souri de l'étonnement d'Aibileen en découvrant que des blancs participaient à la longue marche de Martin Luther King.

"Nous sommes simplement deux personnes. Il n'y a pas tant de choses qui nous séparent. Pas autant que je l'aurai cru."

2 commentaires:

  1. Un très beau livre, vivant et fort à la fois.

    RépondreSupprimer
  2. C'est gentil de me laisser un petit mot...Bisous.

    RépondreSupprimer